inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Une étude de faisabilité pour réussir son projet d’innovation

Date de publication
5 août 2016
facebook twitter LinkedIn Google Mail Stratégie/Technologie Print
étude de faisabilité

Avant la concrétisation d’un nouveau projet, il est conseillé de faire une étude de faisabilité afin de voir si ce projet est réalisable pour l’entreprise.

 

Le but d’une étude de faisabilité est de vérifier que le projet technologique est cohérent avec la stratégie et les moyens de l’entreprise. Il est donc nécessaire d’aborder le projet sous toutes ses coutures afin de valider l’idée et d’évaluer sa faisabilité technologique, commerciale, économique, juridique et organisationnelle.

Cette approche multi-dimensionnelle doit être concluante pour décider de la poursuite ou non du projet et s’assurer par conséquent, un maximum de chance de succès.

Une étude de faisabilité en 6 étapes

L’étude de faisabilité pratiquée par InnovaTech comprend 6 étapes :

1.    Étude de faisabilité juridique

Valider l’idée, c’est la confronter à l’existant, réaliser un état de l’art (rassembler un maximum d’informations disponibles sur le sujet) afin de décider de la suite à donner au projet.
Ces informations sont d’ordre technique principalement. Elles permettent notamment de vérifier le caractère innovant de l’idée et concernent également les concurrents, leur stratégie en propriété intellectuelle (brevets…).

2.    Étude de faisabilité technologique

Une fois que l’idée a été validée, il faut s’assurer que la technologie envisagée peut être intégrée dans votre entreprise et sous quelles conditions. Les objectifs d’une première analyse technique sont d’effectuer un choix parmi les solutions technologiques envisagées et de déterminer si la technologie est faisable.

D’autres analyses techniques plus complètes tels que l’élaboration d’un prototype ou la réalisation de tests doivent souvent être réalisées en parallèle.
En pratique, les étapes de la faisabilité technologique de votre projet qui devront être menées à moyen terme sont :

  • la réalisation d’un premier cahier des charges du produit / procédé innovant afin d’identifier un certain nombre de spécifications techniques
  • des tests d’une ou plusieurs technologies
  • la réalisation d’une matrice « contraintes techniques / coûts / technologies

Vous pouvez trouver le savoir-faire, les équipements et le personnel scientifique et technique nécessaires à la réalisation de cette étude de faisabilité technologique dans un centre de recherche ou un laboratoire universitaire.

3.    Étude de faisabilité commerciale

Il s’agit de s’assurer qu’un marché existe pour ce nouveau concept. Il ne sert à rien d’investir du temps, de l’énergie et des moyens financiers dans la concrétisation d’une idée, aussi bonne et innovante soit elle, si personne n’est prêt à l’acquérir. Pensez donc à déterminer vos cibles, les rencontrer, leur poser des questions et réaliser une étude de marché éventuelle.

4.    Étude de faisabilité économique

Il faut s’assurer que les coûts et les délais sont acceptables. Toute technologie a un coût. Vous devez avoir une idée des ressources financières qui devront être dégagées pour concrétiser le projet.

5.    Étude des normes et de la législation

Il convient de vérifier les législations en vigueur dans le marché visé.

Si on s’attaque à un marché possédant une législation spécifique (agroalimentaire, médical, chimie, …) ou qui doit satisfaire à des normes environnementales par exemple, l’étude de faisabilité devra s’assurer qu’il est possible d’accorder la faisabilité du projet avec ces législations, mais pas à n’importe quel prix.

Les groupements ou fédérations d’entreprises, telles que l’UWE, sont à votre disposition pour vous informer rapidement des normes en vigueur dans votre secteur.

Vous trouverez également les textes de lois via les moteurs de recherche du Moniteur belge, de Wallex (la base de données juridiques de la Région wallonne) et du Journal Officiel de l’Union européenne.

6.    Étude de faisabilité organisationnelle

L’entreprise devra également s’assurer qu’elle aura la capacité de dédicacer une partie de son personnel et de ses équipements à la gestion et à la réalisation du projet.

Faut-il poursuivre le projet ?

La conclusion de votre étude de faisabilité se charpente en 4 points : synthèse des différentes faisabilités, compilation des contraintes antagonistes, analyse comparative des différentes faisabilités et évaluation du niveau de risques.

1.  Une synthèse des différentes faisabilités

Après avoir réalisé les différentes études de faisabilité, il est indispensable de réaliser une synthèse qui mettra en évidence les risques maitrisés ou non dans le projet. Cela permet à l’entrepreneur d’avoir une vue d’ensemble sur son projet. Et de visualiser quels sont ses faiblesses et ses forces.

2.  Une compilation des contraintes antagonistes de votre étude de faisabilité

Même si les différents points abordés lors de l’évaluation de la faisabilité ont pu mettre en évidence les difficultés propres à chacun des aspects, ils n’ont pas mis en évidence des contraintes antagonistes. Or, ce qui est indispensable pour un point, peut être inacceptable pour un autre.

Chacun des points envisagés dépend des autres. Les minimums nécessaires en qualité technologique, les maximums en termes de coûts financiers sont peut-être inacceptables pour l’aspect commercial.

Les solutions retenues à l’issue de l’étude de faisabilité devront donc s’assurer de leur compatibilité globale dans le respect de l’équilibre entre budget, contenu technologique et délais.

3.  Une analyse comparative des différentes faisabilités

Les différents critères mis en évidence par la définition du projet et les études de faisabilité doivent être pondérés selon leurs importances relatives dans le cadre du projet : critères R&D, production, marketing… Pour être pertinente, cette liste doit rester limitée.

Une fois cette démarche réalisée par un comité pluridisciplinaire, les différentes solutions potentielles seront évaluées par celui-ci pour mettre en évidence la plus pertinente.

4.  Une évaluation du niveau de risque

Une évaluation du niveau de risque permettra de consolider les résultats obtenus, de faciliter la prise de décision et de déterminer un plan d’action à venir si l’étude de faisabilité est concluante.

Si une évaluation du niveau de risque a été réalisée avant la faisabilité, elle permettra de comparer la maîtrise des paramètres avant et après l’étude de faisabilité.

Les décideurs feront de cette conclusion, l’outil de base pour se positionner, quant à la mise en œuvre ou non du projet.

 

InnovaTech peut vous aider dans votre étude de faisabilité. Découvrez notre service.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

Arrow left
Arrow right
coach

Bénéficiez d’un coach

Diagnostic et plan d'actions

Diagnostic et plan d’actions

Technologie

Technologie

Management

Management de l’innovation309