inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

L’automatisation pour une peinture industrielle de haute finition

Date de publication
28 juin 2019
facebook twitter LinkedIn Google Mail Industrie/Informatique Print
peinture industrielle

1ère entreprise wallonne à disposer du label QUALISTEELCOAT, Belgium Coatings (70 ETP) protège et embellit des matériaux destinés à tous les secteurs.

Plus performants, moins énergivores, nos équipements sont désormais taillés pour des secteurs aussi exigeants que l’aéronautique

Peinture industrielle« Au mois d’août (2019), il y aura 43 ans que je travaille ici. Je suis le plus ancien employé de l’entreprise » constate Jean-Marc Roland.  Belgium Coatings est une entreprise familiale créée en 1975 par ses parents et spécialisée dans la peinture industrielle en poudre: « c’était une technologie innovante à l’époque. On s’est fait les dents en peignant les friteuses Honor. Nous avons ensuite racheté une petite société de Bierset active dans le sablage, la métallisation et la peinture industrielle.

Je suis arrivé dans l’atelier de mes parents en 1978. L’école, ce n’était pas mon truc. Par contre, à l’usine, j’ai appris tous les métiers : cariste, sableur, métalliseur, peintre industriel, poudreur, soudeur».

Des équipements de dernière génération

Depuis lors, le métier de base n’a pas tellement changé : protéger et embellir les matières par sablage, grenaillage, métallisation, peinture industrielle et poudrage. Mais les installations et le matériel par contre sont de dernière génération.

Peinture industrielle En 1998, Belgium Coatings est expropriée de son site de Bierset. Une opportunité. « J’avais déjà pas mal réfléchi aux meilleures façons d’améliorer notre productivité », explique Jean-Marc Roland, directeur technique.

« L’une des idées, c’était de créer en interne une nouvelle chaîne de production. L’objectif, c’était de faire plus de grandes séries et plus de grandes pièces. Belgium Coatings a donc acquis un terrain à Grâce-Hollogne où on été construits les deux premiers halls abritant le sablage, la peinture liquide et la métallisation. Le déménagement a eu lieu en 1999. Un an plus tard, nous faisions l’acquisition d’une nouvelle chaîne de poudrage totalement automatisée ».

Des halls bien vite trop petits

peinture industrielleParallèlement, la division « chantier industrie » était aussi rapatriée dans les nouveaux bâtiments  de Grâce-Hollogne. « L’ambition, ici, c’était de réaliser des chantiers au sein desquels le savoir-faire de Belgium Coatings pouvait être valorisé. On a ainsi, et par exemple, sablé le pont de Cheratte et travaillé sur le tunnel de Cointe. Nous étions désormais capables de traiter des pièces de très grandes dimensions».

Bien vite, les halls se révèlent trop petits pour accueillir les nouvelles machines. « La nouvelle unité de poudrage faisait 6m de long, 2m de haut et 80 cm de large ». Un nouveau bâtiment va alors être construit pour en accueillir une seconde aux dimensions encore plus impressionnantes : 12m de long, 3m de haut, 3m de large. Et un poids de 4 tonnes.

Le groupe DECUBE reprend l’entreprise

peinture industrielleAu décès de leur maman, puis de leur papa, Jean-Marc Roland et Olivier Roland reprennent ensemble les activités de l’entreprise.

Les années passent : la crise de 2008 ne fait ressentir ses effets qu’en 2012. « En 2016, nous décidons de nous séparer de la division « chantier » et de la nouvelle division « bâtiment » qui n’entrait plus du tout dans le business model de Belgium Coatings. Mon frère Olivier Roland prend alors la décision de racheter la branche « chantier industrie» et crée sa propre société, Renov Coating ».

Cette même année, le groupe Decube (basé à Strépy-Bracquegnies) rachète 50% des parts de Belgium Coatings. L’entreprise liégeoise complétait avantageusement les services du groupe dont la principale société, Monnaie, est, elle aussi, une entreprise spécialisée en traitement de surface et application de peinture industrielle.

Fin 2018, Jean-Marc Roland revendait à Decube les parts de l’entreprise qui lui restaient, redevenant du même coup directeur technique.

Peinture industrielle  haute finition

peinture industrielleComme dans beaucoup d’activités industrielles, la spécialisation sur un marché de niche est la clé pour éviter le déclin. « On s’était rendu compte que la peinture liquide industrielle, traitée en atelier, était de plus en plus souvent réalisée à l’étranger car la main-d’œuvre y était moins chère. Nous avons donc réfléchi à un autre métier, un savoir-faire qui sortirait de l’ordinaire ».

Avec Damien De Dorlodot (Groupe Decube), « nous avons réfléchi à la meilleure manière de répondre à de nombreuses demandes de prix émanant des secteurs de la défense, de l’automobile, de l’aéronautique, de la mécanique de précision ou encore du ferroviaire. « Le groupe CMI, par exemple, nous demandait de remettre offre pour des peintures haute finition dans le cadre de contrat de trois ans pour la Défense».

A l’époque, Belgium Coatings, n’était pas encore totalement équipée pour répondre à de telles demandes.

Nouveaux investissements

« Il y a deux ans, nous avons donc consacré de nombreux investissements à la mise en place d’un dernier hall dédié à la peinture haute finition.

Nous avons également adapté nos outils à cette nouvelle donne technique avec l’acquisition de nouvelles cabines de peinture de haute performance dans lesquelles règne une température constante de 18°, grâce à des radiants qui tournent 24h sur 24. En effet, la température joue un rôle clé sur les temps et la qualité du séchage ».

Automatisation et investissement pour la qualité depuis 20 ans

Peinture industriellePremière wallonne en 2014, Belgium Coatings elle était la seconde entreprise belge à avoir fait la preuve devant un comité technique international de sa capacité à réaliser des travaux de peinture de qualité supérieure et fiable en obtenant le label QUALISTEELCOAT (catégorie C5 Marine High).

Le champ d’application de QUALISTEELCOAT est en effet très vaste et couvre tant l’acier non-traité que l’acier galvanisé (métallisation, galvanisation à chaud, peinture riche en zinc, shérardisation, galvanisation électrolytique) qui sont ensuite recouverts d’une couche de peinture liquide ou en poudre. Et ce pour des applications intérieures ou extérieures.

Pour Jean-Marc Roland, technicien hors-pair, qui n’aime rien tant que de résoudre des problèmes techniques, l’automatisation lui est très vite apparue comme un incontournable. « Les premiers robots de poudrage ont été acquis en 2000. Et très vite, ceux-ci ont été améliorés pour diminuer la consommation de poudre nécessaire tout en conservant un recouvrement égal sur toutes les pièces. Plus performants, moins énergivores, nos équipements sont désormais taillés pour des secteurs aussi exigeants que l’aéronautique ».

peinture industrielleDepuis 2016, de nombreux investissements ont été consentis pour assurer une qualité optimale ainsi que par soucis d’économie de temps et d’argent.

Une nouvelle cabine de poudrage totalement automatisée, des peintures anticorrosion ACQPA (obligatoires en France), une machine de découpe pour réaliser nos propres masquages, une station d’eau déminéralisée qui nous a permis de diminuer notre consommation d’un facteur dix, la modernisation de l’éclairage de nos six halls sont un échantillons de nos derniers investissements.

Au final, nous avons réinvesti dans tous nos domaines d’activité».

Next step ? Notre certification ISO EN9100 ».

Pour ne rater aucune opportunité, inscrivez-vous à notre lettre d’information hebdomadaire : vous y trouverez l’agenda des évènements technologiques, des opportunités de financements, des portraits d’entrepreneurs, des news ou encore des innovations wallonnes.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse