inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Améliorer la confiance entre entreprises pour plus de collaboration

Date de publication
30 novembre 2018
facebook twitter LinkedIn Google Mail Industrie/Informatique/Logistique Print
Blockchain

La Blockchain permet déjà par sa transparence, son intégrité et son immuabilité l’exécution automatisée des termes d’un contrat de collaboration.

C’est la nouvelle technologie dont parlent toutes les industries et qui fait frémir d’aise les cabinets de consultance. Selon IDC, par exemple, les investissements dans la blockchain (ou chaine de blocs) seront «phénoménaux» dans les cinq prochaines années, avec une croissance de 73,2% par an pour atteindre 11,7 milliards de dollars en 2022.

Blockchain: les industriels se renseignent

BlockchainCréée en 2017, Block0 (Louvain-la-Neuve et La Hulpe), la seule startup wallonne totalement dédiée à la technologie blockchain, reste prudente. « Les perspectives sont réjouissantes en effet, confirme Steve Degosserie, COO de la société block0. On pense que la blockchain va impacter beaucoup de secteurs.

Mais les industriels ne savent pas encore vraiment comment l’intégrer dans leurs business. On est dans un momentum où les dirigeants d’entreprises se renseignent.

On espère que la compréhension du potentiel de la technologie et l’arrivée des applications permettra une accélération des investissements d’ici 2 à 3 ans ».

Block0 fait ce qu’il faut pour y parvenir. Outre ses activités de conseils et de développement, l’entreprise donne des conférences et assure des formations techniques (via les centres de compétences Technofutur et Technifutur).

« On a beaucoup d’audience, même en Wallonie. Les décideurs viennent pour se renseigner, pour découvrir ce que la technologie blockchain peut apporter à leurs business ».

L’entreprise – qui a pris beaucoup d’avance sur ses concurrents potentiels en s’intéressant à la Blockchain depuis plusieurs années – travaille d’ailleurs sur un projet de recherche visant à intégrer cette technologie dans le secteur logistique. Le projet de recherche,  baptisé Eternitrace et que Block0 développe en partenariat avec plusieurs partenaires wallon est en cours de soumission auprès du pôle de compétitivité, Logistics in Wallonia, dans le cadre d’un plan marshall.

Mais au fait, c’est quoi la blockchain ?

BlockchainLa blockchain est une technologie sécurisée et décentralisée de stockage et de partage d’informations. Les données sont validées par les utilisateurs au travers d’un mécanisme de consensus.

« Par extension, explique-t-on chez Blockchain Partner (issu de la fusion entre Blockchain France et le Labo Blockchain), une blockchain constitue une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette base de données est sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne.

Il en existe de deux sortes : des blockchains publiques, ouvertes à tous, et des blockchains privées, dont l’accès et l’utilisation sont limitées à un certain nombre d’acteurs.

Une blockchain publique peut donc être assimilée à un grand livre comptable public, anonyme et infalsifiable. Comme l’écrit le mathématicien Jean-Paul Delahaye, il faut s’imaginer « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et qui reste donc immuable ».

Quel intérêt pour les entreprises ?

Pour Steve Degosserie , « c’est une technologie qui, à l’instar d’internet il y a quelques années, devrait intensifier les relations de collaboration entre les entreprises.

Ce répertoire immuable de données, partagé par l’ensemble des acteurs d’un même écosystème économique, permet d’établir la confiance nécessaire à l’établissement de relations de travail transparentes. Elle permet de s’assurer que chacun des acteurs – donneurs d’ordre, partenaires ou sous-traitants – réalise bien la tâche qui lui avait été assignée.

Car rien n’échappe à la vigilance du blockchain où tout est systématiquement contrôlé. Les anomalies sont détectées en temps réel, déclenchant des alarmes qui permettent aux acteurs de résoudre les problèmes. »

Les relations contractuelles sont d’ailleurs codées dans la blockchain permettant que les conditions du contrat s’exécutent automatiquement.

Dans le secteur de la logistique, ces « smart contract » (ou « contrats intelligents ») vont s’assurer que les conditions de transport, de livraison ou de paiement ont été exécutées suivant les règles contractuelles établies entre les acteurs.

Par exemple, un smart contrat n’autorisera un paiement que si le signalement de la livraison lui a été rapporté.

D’autres secteurs concernés

Pour la technologie de la blockchain, les champs d’exploitation sont immenses : banque, assurance, santé et industrie pharmaceutique, la logistique mais aussi l’agroalimentaire, le luxe, le commerce international, la distribution, l’aéronautique, l’automobile, l’industrie musicale, l’énergie ou encore l’immobilier.

Surtout, la blockchain ouvre la voie d’un nouveau web, le web décentralisé, et d’une nouvelle économie numérique, la token économie.

Pour conclure, la blockchain doit répondre à deux types de défi :
• Business : mieux qualifier le potentiel de son déploiement dans les domaines pressentis
• Technique : améliorer les performances (exécution, résilience) et l’adéquation (mécanisme de consensus, sécurité des applications)

 

Pour ne rater aucune opportunité, inscrivez-vous à notre lettre d’information hebdomadaire : vous y trouverez l’agenda des évènements technologiques, des opportunités de financements, des portraits d’entrepreneurs, des news ou encore des innovations wallonnes.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse