inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Ces PME ont fait l’actu tech en Wallonie en avril 2020

Date de publication
24 avril 2020
facebook twitter LinkedIn Google Mail Industrie/Informatique/Santé Print
Ces PME ont fait l'actu tech en Wallonie en avril 2020

Malgré la crise sanitaire, des PME wallonnes innovantes enregistrent des surcroîts de commandes tandis que d’autres s’installent dans notre région.

La biotech iTeos Therapeutics lève, elle, 125 millions de dollars

Uniwan: surcroît de travail depuis le début du confinement

Capture AndréPour la société de Jean-Marc André, déjà bien présent aux 4 coins du globe, les activités n’ont cessés de croître depuis le confinement. En effet, Uniwan a pour spécialité les installations de connexions Wi-Fi pour les tout gros événements partout dans le monde. « Dès le début du confinement nous avons connu un pic. Souvent, les sociétés sont équipées mais n’utilisaient pas les fonctions pour le travail à distance« , explique-t-il à la DH.

L’entreprise pont-à-celloise installe des pare-feu comprenant déjà la possibilité de basculer en connexion à distance grâce à des VPN, sortes de tunnels sécurisés qui permettent d’accéder aux serveurs de l’entreprise par Internet.

Autre tâche qui occupe les techniciens: la mise en place de dérivations des appels téléphoniques. « Tout part du VPN. Une fois que cela est installé, il est possible d’accéder aux centrales téléphoniques. Avec cette déviation, c’est l’ordinateur qui sonne comme si on était au bureau. »

Depuis 17 ans qu’il a créé Uniwan, c’est la première fois qu’il est sollicité autant : « nos clients se sont rendu compte du jour au lendemain qu’ils avaient la possibilité de travailler à distance. Les clients étaient déjà équipés mais n’utilisaient pas toutes les ressources mises à leur disposition. Les outils qui permettent de télétravailler sont disponibles depuis 25 ans. »

L’utilisation de l’appli Konecto par les écoles a triplé, voire quadruplé

Capture konectoVos enfants n’ont pas repris le chemin de l’école, ce lundi. En revanche ils vont recevoir du travail de la part de leurs enseignants. Et certaines écoles primaires ont fait le choix de communiquer avec les parents via une application.

En cette période de confinement, l’utilisation de l’appli Konecto (qui avait participé à notre dernier event) est, par exemple, multipliée par trois voire par quatre !

Denis Jacquemin, d’Hargimont, dans la commune de Marche-en-Famenne, est le créateur de Konecto. Il explique à la RTBF comment fonctionne l’application et ce qui a changé depuis le confinement :

« L’objectif de l’application c’est de permettre à une école de communiquer vers les parents de manière numérique. Cela remplace les petits papiers qui d’habitude circulaient et que l’on retrouvait ou pas dans les cartables des enfants.

Donc, les parents ont une application smartphone et les écoles utilisent un site web sécurisé, pour envoyer des messages à des classes, à des parents ou à des élèves en particulier. En temps normal, elle est utilisée pour envoyer diverses informations : horaires de piscine, infos sur la fancy-fair…

En cette période de confinement, l’application est en plus utilisée pour envoyer les travaux que les enfants feraient normalement en classe. En effet son utilisation est multipliée par trois voire par quatre. »

Depuis le confinement, environ 600 à 700 enseignants, ou directions d’école se connectent chaque jour pour envoyer des messages. Plus de 270 écoles utilisent cette appli en Wallonie et à Bruxelles.

Iopool a déjà réalisé son chiffre de la haute saison passée

Alors que les mauvaises nouvelles pleuvent au niveau mondial, certains acteurs n’ont même pas dû sortir la tête de l’eau. Car les affaires tournent à plein régime. C’est ainsi que la jeune pousse liégeoise iopool, soutenue par le cofondateur d’EVS Pierre L’Hoest, a déjà réalisé, entre fin février et début mars, son chiffre d’affaires de la haute saison de l’an passé.

Piscine

Aux propriétaires de piscines, Iopool fournit une application mobile lui permettant d’évaluer les languettes plongées dans l’eau, mais aussi, couplée à une assistance à distance, une sonde connectée analysant en temps réel la situation (température, pH et capacité de désinfection) de l’étendue bleue.

En deux ans d’existence, 250 sondes ont été vendues par la petite équipe de cinq personnes, hébergée à Liège, dans les locaux de The Faktory.

Surtout à destination du sud de la France, « car c’est là le deuxième marché après les États-Unis, avec environ 2 millions de piscines », indique Romain Trigaux. Même si la start-up est aussi active en Belgique, dans une moindre mesure. Et a lancé une phase de tests de l’autre côté de l’Atlantique.

125 millions de dollars pour iTeos Therapeutics

Michel DetheuxLa biotech carolo iTeos Therapeutics a annoncé la levée de 125 millions de dollars, essentiellement auprès de fonds d’investissements américains.

« Cela nous permettra d’accélérer et d’étendre notre développement clinique pour identifier les indications et combinaisons les plus prometteuses pour les patients souffrant de plusieurs types de cancer, a commencé le président et CEO d’iTeos Therapeutics Michel Detheux. Ce financement renforce notre capacité à concrétiser nos plans de développement, seul ou en partenariat », explique-t-il au Trends.

Lire ici le communiqué d’iTéos. 

iTeos a deux candidats-médicaments en phase clinique, A2A et TIGIT. Pour A2A, les premiers essais cliniques, très prometteurs, ont été initiés dans des hôpitaux belges. « Nous souhaitons à présent accélérer la phase 2 des essais et le développement de notre portefeuille préclinique, précise Michel Detheux. TIGIT est lui en phase I de son développement.

« Le pipeline d’iTeos a le potentiel pour initier une nouvelle approche des thérapies en immuno-oncologie, ajoute Derek DiRocco, Principal, RA Capital Management.

L’entreprise est bien positionnée pour réaliser une avancée significative dans le traitement de patients pour une large variété de cancer. »

Lire ici le portrait de Michel Detheux.

 

Oncologie: Telix s’installe à Seneffe, avec 35 emplois a la clé

Ces PME ont fait l'actu tech en Wallonie en avril 2020L’industrie radio-pharmaceutique va s’implanter dans le zoning de Seneffe-Manage. L’entreprise australienne Telix vient en effet d’officialiser le rachat de l’ensemble des terrains et bâtiments de la société pharmaceutique allemande Eckert & Ziegler Bebig (EZB) qui a abandonné son site seneffois de 3,5 Ha en 2008 pour relocaliser ses activités à Berlin. Ce rachat a été acté pour 1 euro symbolique mais évidemment conditionné à la prise en charge du futur démantèlement du site, actuellement estimé à 5,2 millions d’euros.

Approuvée par l’AFCN

Cette acquisition ainsi que le transfert de la licence d’utilisation de substances radioactives a été approuvée par l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN). Tandis que l’intercommunale IDEA a aussi émis son accord en octobre 2019. « Cette vente a été validée par notre conseil d’administration », explique la porte-parole d’IDEA, gestionnaire de ce zoning. « Nous avions donc connaissance des différents éléments. »

Le projet de la société Telix prévoit la commercialisation de produits d’oncologie pour la prise en charge et le traitement du cancer de la prostate, du rein et du cerveau en Europe. L’ensemble des bâtiments existants sera rénovée et adaptée tandis qu’une unité de fabrication de nouveaux produits radio-pharmaceutiques et radio-isotopes sera créée.

Engagement de 15 personnes

En réinvestissant les lieux, l’entreprise Telix prévoit dès son arrivée l’engagement de 15 personnes, dont trois anciens employés de EZB. « Telix prévoit par ailleurs 20 emplois supplémentaires qui seront créés endéans les deux prochaines années, suivant le démarrage de ses activités sur le site », précise l’IDEA.

Parallèlement, un important ancrage local est prévu via des collaborations avec des entreprises pharmaceutiques du Cœur du Hainaut ainsi qu’avec des centres du recherche. « C’est donc une bonne nouvelle pour la région en termes de développement et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle IDEA a validé ce projet. »

Entreprise dont le siège social se situe à Melbourne, Telix est aussi actif au Japon, aux Etats-Unis et en Belgique où son site de Liège a été choisi comme siège européen.

Telix élabore, produit et commercialise des produits radio-pharmaceutiques destinés au traitement de plusieurs cancers.

Management-by-out pour l’activité « service et maintenance de transformateurs » du Groupe CG Holdings

Le Fonds d’investissement pour la diversification industrielle de la région de Charleroi (FIDIC) s’est associé à Véronique Landrain, ancienne Directrice générale, pour reprendre l’activité « Service et maintenance de transformateurs » du Groupe CG Holdings basé à Marcinelle (voir le reportage de Télésambre).

Ces PME ont fait l'actu tech en Wallonie en avril 2020Le 4 février dernier, CG Holdings était déclarée en faillite. Cette société belge, d’actionnariat indien, dont le siège social est basé à Malines, était principalement active dans la production et la maintenance de transformateurs de puissance.

Logée au sein de CG Holdings, la division Services est spécialisée dans l’installation, mise en service et maintenance, de transformateurs électriques et régleurs en charge.

Cette division employait encore une soixantaine de travailleurs à la fin janvier 2020.

Véronique Landrain propose de relancer l’activité et de reprendre environ 40 personnes dans un 1er temps, avec perspectives de croissance.

FIDIC participe, aux côtés de Véronique Landrain, à la constitution d’une société au capital de 500.000 €, « NovAcec Services SA », en vue du rachat des actifs à la curatelle et de la relance de l’activité. FIDIC octroiera en outre un prêt pour le financement de l’activité.

La reprise rapide de la division « Services » du Groupe CG Holdings, malgré le contexte exceptionnel du moment, permet d’assurer le maintien d’emplois qualifiés à compétence reconnue, localisés principalement à Marcinelle mais également à Malines.

La relance des activités permettra également de sauvegarder un service de pointe déployé sur plusieurs pays et dont ont besoin les clients tant industriels que ceux issus de la production, du transport et de la distribution d’électricité, secteurs essentiels au bon fonctionnement de notre société.

Le redémarrage de cette activité historiquement issue des anciens ACEC, et essentiellement basée à Marcinelle, sauvera près de 40 emplois et permettra de créer une quinzaine d’emplois supplémentaires dans les prochaines années.

————————————————————————————————————–

Vous souhaitez rester au courant de nos articles? Abonnez-vous à notre newsletter.
Suivez nos podcasts, nos vidéos.
Besoin d’un soutien dans le développement de vos innovations? Contactez nos conseillers.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

Diagnostic et plan d'actions

Analyse et audit technologique

coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse