inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Ces PME ont fait l’actu tech en Wallonie en mars 2020

Date de publication
26 mars 2020
facebook twitter LinkedIn Google Mail Industrie/Santé/Communication presse/News Print
innovations tech dans les médias
Un mois de mars 2020 particulièrement chamboulé. Crise sanitaire oblige, certaines entreprises qui avaient des solutions rapides ont été reprises dans les différents médias. D’autres qui ont fait preuve d’agilité également. Découvrez quelques-unes des entreprises wallonnes et innovantes qui ont été mentionnées dans les médias en mars 2020.
On vous oublie? Contactez-nous, vous serez rajouté.e à cet article.

Début mars : tout allait encore bien

Nous avions commencé le mois de mars avec 2 conférences de presse. Hasard de l’histoire, ce célèbre pangolin prouve peut-être à lui seul qu’être végétarien n’est pas une mauvaise idée. Dans tous les cas, le restaurant liégeois GreenBurger vous propose de goûter des hamburgers végétariens. Et il ne désemplit pas.

On y retrouve un article dans la DH ainsi qu’un reportage de RTC Liège.

BeMicron, unités de décontaminationBeMicron a aussi fait la une de la presse pour présenter sa tenue de protection pour les salles blanches. On les retrouve dans un article de Nord Eclair ou encore en vidéo sur Canal Z. BeMicron vient d’ailleurs d’être choisie comme l’une des trois gazelles hennuyères par le magazine Trends.

Des évènements avaient encore lieu comme le salon Horecatel qui a pu se dérouler (in extremis). Des entreprises comme Phicrobe, Invineo et Sofkidoe se sont démarquées en recevant les prix innovation. InnovaTech faisait partie du jury.

Une crise sanitaire qui bouscule les infos : des entreprises se démarquent

Avec cette crise du Coronavirus, des entreprises se sont démarquées avec leurs solutions innovantes ou la mise à disposition de leurs outils production. Des initiatives que le pôle Santé Biowin tente de structurer avec la mise en place d’une plateforme collaborative. 

De son côté,  le WeLL, Living Lab e-santé wallon du Pôle Mecatech, dans le cadre de Medtech Wallonia et soutenue par différents acteurs publics, vient de lancer need4health. Une plateforme qui donne la parole aux professionnels de santé, rassemble des sources et des informations et met en œuvre tout ce qui est possible pour comprendre et décrypter leurs besoins.

 

On citera :

Les industriels wallons de l’aéronautique (Safran Aeroboosters et la Sonaca) ainsi que la FN Herstal qui proposent de fabriquer le matériel dont les hôpitaux pourraient le plus manquer au moment du pic de l’épidémie de coronavirus : les respirateurs et leurs pièces de rechange.

Cédric SzpirerDelphi Genetics, installée dans le Biopark de Gosselies et spécialisée dans la production d’ADN pour les thérapies géniques, fait désormais partie d’un consortium mené par des laboratoires publics espagnols. Le consortium s’apprête à rentrer un dossier de financement dans le cadre d’un appel d’offres européen. « L’objectif poursuivi, explique Le Soir, c’est de développer un médicament anti-viral qui permettrait de bloquer le développement du virus de façon à ce qu’il n’infecte pas tout le corps. Relisez ici le portrait de son patron Cedric Szpirer (photo).

En outre, l’entreprise annonçait jeudi qu’elle avait reçu le certificat GMP, délivré par l’AFMPS, couvrant ses nouvelles suites de fabrication de pointe. « L ‘ approbation de ces trois suites supplémentaires permet à Delphi Genetics d’ améliorer considérablement ses capacités de production pour la fabrication d’ ADN plasmides et d’ aider à développer des candidats à la thérapie génique et des thérapies basées sur l’ ADN », a commenté François Blondel, président du conseil d’administration et PDG. « Cette approbation, poursuit Cédric Szpirer,  se produit en fait à un moment opportun dans le contexte de la lutte contre le coronavirus. Diverses alternatives pour traiter la pandémie actuelle de Covid-19 impliquent des approches fondées sur les nucléotides qui nécessiteront la source d’ADN plasmide GMP. Non seulement nous sommes en mesure de soutenir davantage le marché de la thérapie génique en croissance rapide, mais nous sommes également prêts à soutenir immédiatement le développement de ces traitements contre l’épidémie de santé actuelle « .

La biotech liégeoise Zentech qui propose un test rapide pour voir qui est protégé. Un test qui ne vise pas à détecter si le coronavirus est présent dans le corps mais bien à voir si la personne testée a réagi immunitairement au virus, explique Olivier Gosset dans l’Echo. Quelque 1.000 exemplaires arrivent et seront fournis au CHU de Liège.

résistance aux antibiotiquesLa PME innovante gembloutoise Coris BioConcept, qui a développé un tout nouveau test du Covid-19 qui réagit en 15 minutes. Il s’agit d’un test « antigénique » : il va réagir aux antigènes (les protéines virales) et les détecter à partir du prélèvement respiratoire naso-pharyngé du patient. Un test qui se présente sous forme de papier buvard, un peu comme les tests de grossesse. Il a été développé en collaboration avec le Laboratoire hospitalier universitaire de Bruxelles, le LHUB-ULB, et d’autres partenaires, dont le Laboratoire de l’Université de Liège et le Centre National de Référence des Pathogènes respiratoires. Relisez ici ce que nous écrivions sur eux en 2016 déjà.

 

Une première plate-forme de dépistage du Covid-19 qui a été mise en place à l’UMONS, sur base d’une technologie développée à l’UNamur.

L’entreprise liégeoise Kaneka Eurogentec qui fournit des réactifs pour réaliser jusqu’à 5 millions de tests suivant la méthode élaborée par l’Université de Namur.

La Raffinerie Tirlemontoise et ses partenaires belges du groupe Südzucker qui se mobilisent pour aider la Belgique à faire face à la crise sanitaire. Outre le sucre, l’entreprise produit également désormais du gel désinfectant sur le site de BioWanze.

C’est le cas aussi de Wallowash qui convertit une ligne de production pour fabriquer du gel hydroalcoolique pour les soignants. Et de la Distillerie de Biercée.

A Wavre, la société Dutra, spécialisée dans la confection de tenues pour le milieu médical, a relancé la production de masques en tissu, pour répondre aux demandes urgentes de certains clients.

D’autres infos encore sur le site Digital Wallonia.

Décontaminer les masques: une filière wallonne

Traiter les déchets infectieuxDans Le Soir, on apprend la mise en place d’une filière wallonne de décontamination des masques. Ce projet, dirigé par  Eric Haubruge, professeur à l’université de Liège et Pierre Léonard de la Sowalfin, vise à décontaminer les 40 à 50 masques utilisés par jour et par patient dans notre pays. Histoire de pouvoir les réutiliser sans danger et de ne pas (trop) puiser dans les stocks. Trois entreprises wallonnes ont déjà été identifiées et participent aux travaux: AMB Ecosteryl (Mons), Lasea (Liège) et Sterigenics (Verviers, Fleurus).

«Ce qui est intéressant, c’est qu’elles utilisent des méthodes très complémentaires», souligne Eric Haubruge dans Le Soir: «Traitement par chaleur sèche, par laser UV, par irradiation gamma, par oxyde d’éthylène…».

Trois centres de recherche sont aussi associés à ce groupe (Materia Nova, Giga et Centexbel) ainsi que l’université de Liège. Des essais technique sont en cours afin de mettre en place un protocole validé scientifiquement. Il devra ensuite être soumis à l’approbation de l’AFMPS (Agence fédérale des médicaments). Des tests – dont les résultats sont attendus en avril – qui visent d’une part à vérifier si les traitements de stérilisation n’endommagent pas le masque et sa fonction barrière et, d’autre part, à évaluer l’efficacité de chaque méthode sur la destruction des virus.

La recherche continue : des entreprises continuent d’innover dans d’autres secteurs

Car même si l’info et nos vies ont été bousculées, des entreprises continuent de créer des innovations et de faire parler d’elles.

On citera : 

Michel DetheuxSelon l’Echo: iTeos Therapeutics, la biotech belgo-américaine spécialisée dans l’immuno-oncologie vient d’annoncer le lancement d’un essai de phase I/II pour son deuxième produit, EOS-448 (un anticorps qui cible un antigène spécifique (TIGIT). Lire ici l’interview que son patron nous avait accordée. 

Son produit le plus avancé, une molécule appelée EOS100850, fait déjà actuellement l’objet en monothérapie d’une étude clinique de phase 1 avec des patients atteints de différentes tumeurs solides. Les deux essais lancés par iTeos doivent chacun être complétés par une autre étude clinique qui sera menée en complément avec un traitement anti-cancer déjà utilisé et produit par le géant américain Merck (le keytruda), avec qui iTeos a signé un accord de partenariat.

Punaises de litDomobios, qui avait présenté son innovation (un piège pour vous débarasser des punaises de lit) lors de notre dernier event, poursuit sur sa lancée. Selon l’Echo, ce produit démarre très fort car avant même qu’il soit mis sur le marché, Domobios a déjà décroché deux grosses commandes. Le groupe français Brunel a demandé 102.000 pièces qu’il entend distribuer en Belgique et en France dans des enseignes telles que Brico, Bricorama et Castorama. Et pour le marché italien, GEA en a commandé 50.000, à destination des professionnels de la lutte contre les nuisibles.

Verbolia, elle, fait son entrée sur le marché brésilien, selon La Libre, en signant un contrat avec le géant OLX. L’entreprise propose une technologie, basée sur l’intelligence artificielle qui automatise les tâches manuelles de création de pages et de contenu optimisés pour Google. L’entreprise était présente lors de notre event de fin d’année.

Focus aussi sur MintT qui met la 3D au service du bien-être des patients, article dans La Libre. Cette « MedTech » carolo a lancé une première solution pour détecter et prévenir les chutes de personnes âgées. Des chutes fréquentes puisque 30 à 70 % des résidents tombent au moins une fois par an et 15 à 40 % deux fois ou plus. Après trois années de recherche et développement, MintT a élaboré une première solution, baptisée « ISA », qui détecte, analyse et prévient les chutes. Basée sur un capteur 3D installé dans la chambre du patient et connecté à une plateforme en ligne, ISA n’est pas une caméra de surveillance !

 


Vous souhaitez faire la une des médias? N’hésitez pas à nous contacter pour bénéficier des services presse ou de l’ensemble de nos services.

 

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse