inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Coralie Boulez : elle fait rentrer ses rêves dans des tableurs

Date de publication
9 mars 2018
facebook twitter LinkedIn Google Mail Environnement/Industrie Print
Coralie Boulez

Cette chef d’entreprise, qui pilote des sociétés actives dans le monde de la chimie, a un plan sur 5 ans : doubler leurs chiffres d’affaires et faire de nouvelles acquisitions.

Le succès, ce n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur, c’est la clé du succès.

coralie BoulezOriginaire de Gand, cheftaine de louveteaux à ses quinze ans, Coralie Boulez descend sur Bruxelles à 20 ans. Avec trois compétences essentielles : elle est trilingue, dotée d’une bonne dose de toupet et est diplômée de l’école de la vie. Avec mention. « J’ai un besoin furieux de pousser les murs », explique cette fonceuse.

Coralie Boulez, elle, ne doute de rien. Elle va d’abord multiplier les intérims, puis travailler dans une société de marketing liée à Solvay Brussels School, avant de rejoindre une entreprise informatique hollandaise qui ouvrait une antenne à Villeneuve d’Ascq. Après un passage comme Account Manager chez Cap Gemini, elle reprend sa liberté.

« C’était clair que je ne pouvais pas travailler pour une grosse entreprise, explique Coralie Boulez. J’insupporte certains directeurs». Dotée d’un solide bon sens, pas timide pour un sou, elle aime les discours clairs, le parler simple. Histoire de bien se faire comprendre. « A force de compliquer les choses, on ne récolte que des problèmes ».

Tombée dans la marmite de la chimie

Coralie BoulezEt puis, d’origine, elle était « tombée dans la marmite ». Celle de la chimie. Son père, Jean-Pierre Boulez, aujourd’hui décédé, a créé la société CHEMBO, en 1999, dans le zoning Ouest de Tournai (Blandain) suite à la centralisation et la fusion de plusieurs sites de production, tant en France qu’en Belgique. Une expérience industrielle, dans la grande distribution et le marché du bricolage, qui remonte à 1974 et qui s’est accrue principalement dans le domaine de la R&D en matière de chimie et biochimie grâce à l’acquisition de la société BEVIL en 2000. Leader européen du marché de l’entretien de la fosse septique, elle affiche quelques brevets en produits biologiques.

Chembo-Bevil est une entreprise très innovante, accompagnée par InnovaTech depuis plusieurs années. Elle a notamment bénéficié des services de nos conseillers pour: un audit d’innovation technologique, un soutien à la mise en place d’une démarche d’écoconception, une aide au montage d’un dossier d’étude de faisabilité, de premières analyses de la liberté d’exploitation, une aide au montage d’un dossier recherche, des conseils en brevet, d’états de l’art…  Découvrez tous les services d’InnovaTech.

Récompensée en 2003 par le prix de l’innovation en biotechnologie et en 2008 par le prix Gazelle décerné par le magazine Trends Tendance, CHEMBO s’exporte dans plus de 20 pays. Outre la fabrication de gammes de produits sous sa propre marque, elle fabrique également pour compte de tiers sous les marques Eparcyl, Vigor, Starwax, Apta (Marque Intermarché), Syphon, Coteka, Diavolina (Italie), …

Coralie BoulezA la demande de son père, Coralie Boulez va commencer par se charger de la reprise en main de Mondo Chemicals que Jean-Pierre Boulez avait acheté en 1994. Puis, avec son mari Ismaël Djelassi, elle rachète Spechim en 2012 et, tout dernièrement, le fonds de commerce de la société Fabel (produits d’entretien bois, meubles jardins, intérieur-extérieur). Et au décès de son père, le couple rachète les parts que la sœur de Coralie Boulez détenait dans Chembo.

Aujourd’hui, les entités – toutes indépendantes -, à Tournai et à Gembloux, fonctionnent bien. « En 5 ans, on a remis de l’ordre. Au total, on emploie 90 personnes pour un chiffre d’affaires global de 21 millions d’euros. Le plan ? On double le chiffre d’affaires dans 5 ans ! ».

Comment a évolué votre métier ?

Coralie Boulez« Quand je suis arrivée dans le monde de la chimie, c’était le far-West. Il n’y avait pas vraiment de législation – on était encore loin de Reach – et les transports de matières chimiques se faisaient encore, disons, sans trop de stress. Aujourd’hui, tout cela est bien fini. Tous les amateurs ont disparu. Le monde de la chimie est devenu un vrai métier de professionnels et la Belgique y tient son rang. Paradoxalement, les industriels de la chimie font face à une règlementation de plus en plus draconienne et sont davantage contrôlés que les industriels dans le domaine alimentaire. C’est hallucinant ».

Surtout, le groupe piloté par Coralie Boulez est sous étroite surveillance de « Tadorne fouineuse » – totem et quali de notre cheftaine. Ses tableaux d’analyses sous le bras, elle connait chacun de ses établissements et chaque membre de son personnel. « Il est important de coordonner les intelligences, de comprendre chaque fonction, chaque rôle dans l’entreprise, d’être à l’écoute pour comprendre et pouvoir prendre les bonnes décisions ».

Quelle a été votre meilleure décision professionnelle ?

De démarrer comme indépendante. J’aime les projets, c’est ma raison de vivre. C’est ce que je dis sans cesse à mes trois garçons : « la vie est belle mais on n’a jamais dit qu’elle était facile ».

Et la pire ?

Je ne regrette rien, je tire les leçons. Je pense que tout ce que l’on a vécu a un sens. Peut-être aurais-je dû oser plus, plus vite. « On essaie toujours d’être prudent : ce n’est pas forcément une bonne idée ».

Comment maintenez-vous un état d’esprit innovant ?

Coralie BoulezPar des brainstormings, des échanges permanents entre le marketing, les sales et la R&D. La R&D, c’est notre raison d’être. On est des très petits dans un monde de géants.

Le partage de la connaissance est essentiel : je n’ai pas beaucoup de secrets pour mes interlocuteurs. Sauf quand c’est nécessaire. Tout passe par la communication : c’est créateur d’idées.

Mon moteur, c’est l’envie. Après, bien sûr, il faut structurer, organiser. Les tableaux d’analyses, ce n’est pas cela qui donne envie, mais c’est incontournable pour gérer la créativité et la R&D et assurer la viabilité des projets ! Une fois que mes rêves entrent dans les tableurs, c’est qu’on peut y aller.

Votre dernier défi technologique ?

De manière plus générale, on est toujours à la recherche de défis à relever. Nos deux sites sont dotés de laboratoires R&D et travaillent en totale synergie pour la mise au point de solutions innovantes. En tant que PME, cela constitue notre force première. La technologie de pointe vient se greffer à nos solutions et cela constitue la plus grande valeur ajoutée que nous puissions offrir à nos clients.

Faut-il automatiser nos productions ? Personnellement, j’opte pour le juste équilibre entre le tout automatisé, le semi automatisé et des lignes quasi manuelles. Ce sont ces dernières qui nous assurent une certaine flexibilité. Et quand on est une PME, c’est notre flexibilité qui intéresse les clients.

Votre phrase préférée ?

Le succès, ce n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur, c’est la clé du succès.

Pour ne rater aucune de ces opportunités, inscrivez-vous à notre lettre d’information hebdomadaire : vous y trouverez l’agenda des évènements technologiques, des opportunités de financements, des portraits d’entrepreneurs, des news ou encore des innovations wallonnes.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse