inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Deux étudiants-entrepreneurs primés au concours Startech

Date de publication
6 décembre 2019
facebook twitter LinkedIn Google Mail Informatique/Idées Print
Startech

1ers à Mons, 2es au concours national, ces étudiants-entrepreneurs développent un outil de monitoring mobile qui permet aux futures mamans de réaliser un examen à domicile. Le concours Startech les a mis en lumière.

Les grossesses à risques – qui représentent 20% de l’ensemble des grossesses – nécessitent beaucoup de contrôles : jusqu’à un tous les deux jours

Arthur Lefebvre, un carolo de 21 ans, et Julien Bertieaux, un montois de 20 ans, sont étudiants en 3e bac électricité à la faculté polytechnique de l’UMons. Et, depuis le 20 novembre, le conseil de faculté leur a accordé le statut d’étudiant-entrepreneur.

C’est que les deux hommes ont un projet plutôt bien avancé qui pourrait bien déboucher sur la création d’une entreprise. Un projet technologique de télémédecine  qui devrait  faciliter la vie des futures mamans et contribuer à l’assainissement des comptes de la sécurité sociale.

2 étudiants-entrepreneurs de l’UMons primés

« Chaque année, expliquent Arthur et Julien, les étudiants du 2e bachelier de Polytech doivent présenter un projet de fin d’année qui s’inscrit dans l’une des trois catégories suivantes : un projet général, propre à la Faculté, un projet Numédiart – du nom de cet Institut de recherche de l’Université de Mons (UMONS) qui a pour mission d’assurer des activités de formation et de recherche dans le domaine des technologies créatives – ou un projet Startech ».

Startech, créé en 2012 à l’initiative du Club entreprendre de l’AIMS en collaboration avec WSL, s’adresse aux étudiants de 2e bac. Les équipes participantes reçoivent toutes un accompagnement des coachs et une enveloppe budgétaire pour développer leur solution. L’équipe gagnante de la finale se voit en outre offrir l’opportunité d’aller une semaine au Texas pour rencontrer des startupeurs, des membres du personnel académique de l’Université de Texas A&M et des investisseurs.

Un projet Startech pour les futures mamans

StartechEn novembre 2018, Arthur et Julien ont choisi le programme Startech et, en octobre 2019, ont gagné le deuxième prix en « pitchant » leur projet MUM. A la clé : un soutien d’InnovaTech pour mieux faire connaître cette innovation. Découvrez ce qu’InnovaTech peut faire pour vous en matière de communication. 

MUM, comme Mobile Universal Monitoring, est un appareil de monitoring mobile qui permet aux futures mamans présentant une grossesse à risque de réaliser un examen à domicile. L’outil est compact, sans fil et accompagné d’une application de support à installer sur son téléphone ou sa tablette. Les informations relatives au monitoring sont envoyées directement au gynécologue.

Retenus en mai parmi 5 projets soumis à la Faculté sur un total de 10 idées, ils étaient sélectionnés par l’UMons pour la représenter au concours Startech, devançant les quatre autres finalistes montois. Ils ont aussi eu l’occasion d’aller au Texas visiter l’Université de Texas A&M, la 2e plus grande université aux Etats-Unis.

Un voyage qu’ils ont effectué en septembre 2019 et au cours duquel ils ont pu présenter leur projet à des investisseurs, des directeurs d’écoles et de centres médicaux. Un voyage intense rendu possible notamment grâce à Linda Ravey, le contact WSL au Texas, qui a organisé l’ensemble des rencontres.

Projet MUM: une histoire de famille

StartechL’idée de développer MUM leur est venue, notamment, en discutant avec les parents d’Arthur. Le père de ce dernier, un cardiologue, a une certaine habitude des objets connectés : la cardiologie est en effet un champ d’application particulièrement pertinent de cette digitalisation tant par la fréquence et la chronicité des pathologies concernées que par la nécessité de développer des outils permettant de mieux prendre soin des patients dans leur quotidien.

Quant à la mère d’Arthur, elle est gynécologue. Et est bien placée pour savoir qu’avec le regroupement des institutions hospitalières, ses patientes doivent désormais multiplier les kilomètres pour s’assurer que leur grossesse se passe bien.

En moyenne, et quand tout se passe bien, la patiente doit se rendre en moyenne 11 fois à l’hôpital pour divers contrôles, dont un monitoring, durant toute la période de grossesse.

Mais les grossesses à risques – qui représentent 20% de l’ensemble des grossesses – nécessitent, elles, beaucoup plus de contrôles : jusqu’à un tous les deux jours. Ce qui nécessite à chaque fois un déplacement de la maman vers une unité médicale et la mobilisation d’un membre du staff médical (gynécologue ou sage-femme). Un stress de plus pour la patiente qui devra rester sans bouger durant 30 à 40 minutes, la plupart du temps seule.

Le projet MUM devrait à terme permettre aux mamans de réaliser ces analyses chez elles : une solution de bon sens qui soulagera les patientes et le staff médical. Une solution qui s’inscrit dans la volonté des autorités fédérales de soutenir les projets d’e-médecine.

Une appli, « designée » par le frère de Julien, un graphiste et dont l’ergonomie a été analysée par son parrain, un UX designer, indique aux mamans la marche à suivre. Elle doit encore être développée par un intégrateur/développeur.

Des données de monitoring prétraitées et transmises à un centre de données

StartechL’outil de monitoring proprement dit est composé de capteurs fixés par des sangles sur le ventre de la future maman. Les capteurs analysent le rythme cardiaque du bébé ainsi que la pression utérine de la maman pour voir les contractions. Les données analysées par cet appareil sont retransmises, via le réseau Internet, à un centre de données.

En cas d’anomalies ou de fluctuations trop importantes, ce centre alerte immédiatement le gynécologue de la future maman, par sms ou par e-mail. Une vraie révolution: dans le monitoring classique, les données sont soit imprimées (pour les vieux modèles) soit lues rapidement par le sage-femme et envoyées dans le dossier patient de l’hôpital pour être analysées par le gynécologue (pour les modèles actuels). Les données ne sont donc pas prétraitées et ne passent pas par un centre de traitement de données.

Une application pour aider la future maman

StartechEt pour qu’elle ne se sente pas perdue lors de l’installation du monitoring, la future maman découvre la marche à suivre sur son smartphone.

L’application MUM se divise en 5 parties :

  1. L’accueil, qui comprend une image de synthèse d’un bébé ainsi que le nombre de jours de grossesse ;
  2. Le calendrier, qui permet de visualiser les rendez-vous avec le gynécologue ainsi que les dates auxquelles les analyses doivent être effectuées ;
  3. L’analyse, qui permet de connecter l’appareil à chaque utilisation ainsi que de montrer et de détecter comment les capteurs doivent être mis pour une analyse optimale;
  4. La messagerie, qui permet de contacter Zoé, un chat bot qui répond aux questions fréquentes, mais aussi la sage-femme et le gynécologue de la femme enceinte ;
  5. La catégorie « Autres » : prévue pour d’éventuelles nouvelles fonctionnalités.

 

Entre chaque utilisation, « MUM » doit être reposé dans sa boite, afin d’être rechargé à l’aide d’une recharge à induction.

La suite pour le projet de 3e bac de ces étudiants

Le concept MUM a déjà été testé auprès d’une dizaine de patientes de la mère d’Arthur. Histoire de recueillir de premiers avis quant à l’intérêt de cette technologie.

Arthur et Julien ont par ailleurs obtenu de la Faculté qu’ils puissent poursuivre leur projet durant leur 3e bac. Durant l’année académique, ils vont développer le hardware – et notamment la carte électronique – de manière à disposer d’un premier prototype qui leur permettra de le tester auprès des patientes, de gynécologues, puis d’hôpitaux.

Incubés par La Maison de l’Entreprise, dans le cadre du programme YUMP, qui aide les étudiants à concrétiser leur projet et à lancer leur entreprise pendant leurs études, il leur reste à développer un business model solide. Ils ont déjà rencontré nos partenaires de Picarré et ont déposé l’idée en tant qu’étudiants-entrepreneurs.

Il leur reste deux ans et demi pour achever leur cursus universitaire. Et créer leur entreprise MedTech orientée autour du monitoring fœtal. Une entreprise qui, à terme, pourrait développer d’autres outils de monitoring destinés par exemple à la mesure de la tension ou du taux de diabète. Le marché de la télémédecine a de beaux jours devant lui.


Vous souhaitez rester au courant de nos articles? Abonnez-vous à notre newsletter.
Suivez notre podcast, nos vidéos.
Besoin d’un soutien dans le développement de vos innovations? Contactez nos conseillers.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

validation de l'idée

Validation de l’idée

communication presse

Communication presse

Technologie

Technologie