inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Formyfit : changer de cible tout en optimisant la valeur ajoutée du produit

Date de publication
28 février 2019
facebook twitter LinkedIn Google Mail Informatique/Santé/Portraits Print
Formyfit

Désignée par Apple comme la meilleure application coaching en running, Formyfit se réoriente vers le marché santé et le BtoB.

Nous avons soumis un projet de recherche dans le domaine de l’e-Santé en associant au projet des chercheurs en machine Learning de l’UCL, des hôpitaux et probablement une mutuelle.

FormyfitQu’on soit coureur aguerri ou novice, le problème est souvent le même : malgré la qualité des coachs et des programmes d’entrainement, on est souvent rattrapé par le quotidien. « J’ai été 4 fois champion universitaire en 3.000 steeple (une course de demi-fond avec obstacles), explique Laurent Baijot, l’un des trois créateurs de l’application Formyfit, j’ai participé 3 fois au Mémorial Van Damme et j’ai fait 6 Ironman. Mon coach était une pointure. Pourtant, alors qu’il m’envoyait de très bons programmes d’entraînement, je ne parvenais pas à les suivre à cause du boulot ou de ma vie de famille. Par conséquent, j’étais frustré ».

Pour éviter cela, le soutien d’un coach – qui vous rappelle que des entrainements ont été planifiés et qui court à vos côtés pour améliorer ceux-ci – est souvent indispensable. Question : comment rendre le coach disponible à tout moment sans que cela vous coûte une fortune?

Réponse : en créant une application performante, réalisée grâce à des algorithmes reposant sur la littérature scientifique et l’expertise d’entraineurs et de champions. Une application qui via votre smartphone ou, désormais, votre Apple Watch, intervient verbalement tel un coach qui recadre votre entrainement.

C’est ce qu’ont fait il  y a quatre ans,  en créant Formyfit, Laurent Baijot et David Hespel, entourés d’experts scientifiques, médecins, entraineurs de renom comme Fernand Brasseur ou des champions comme Vincent Rousseau.

Formyfit: des sportifs de haut niveau

Titulaire d’un master en éducation physique (UCL, 1996), étudiant-chercheur en physiologie de l’effort, Laurent Baijot est originaire du petit village de Six-Planes (Bièvre) – un hameau d’une soixantaine d’âmes – « j’étais le premier enfant de la commune en dix ans » – il a fait ses études secondaires à Carlsbourg avant d’entamer une année à l’École Royale Militaire. « J’étais très math à l’époque ». Cela lui est passé et il est retourné vers sa première passion : le sport. Et même le sport de compétition.

Son histoire sportive a démarré alors qu’il avait 15 ans. « Un an après mes débuts, j’étais déjà champion d’Europe « écoles libres » en course à pieds à la Fédération Nationale Sportive de l’Enseignement Libre (FNSEL) ». Il a ensuite rejoint la Ligue Belge Francophone d’Athlétisme (LBFA) dans la catégorie « Élite ». « J’ai accumulé de supers chronos jusqu’à mes 20 ans. Puis je me suis entrainé trop trop dur pendant 10 ans, sans m’améliorer ». Erreur classique qui l’a conduit à mettre sa carrière en suspens.

« Ce n’est que beaucoup plus tard, à 35 ans, que l’envie m’a repris ». Et s’il a persévéré, c’est grâce à son coach, Fernand Brasseur, dont les entrainements étaient beaucoup moins durs mais tout aussi efficaces. « Grâce à lui, j’ai refait les chronos de mes 20 ans. Une méthode super efficace. Et de là est venue l’idée de Formyfit. La philosophie de nos entrainements : moins souffrir, des entrainements moins durs et variés. On travaille toutes les filières énergétiques, avec les durées et les vitesses d’exercices adaptés à chacun. Une philosophie qu’on a vulgarisée, traduite en algorithmes, ce qui nous a permis d’intégrer nos coachs dans nos smartphones ou nos montres connectées ».

FormyfitDes expériences qui ont permis à l’équipe, rejointe par deux développeurs full time, un data analyst et des experts médicaux, de développer un programme qui collait réellement aux besoins et à la forme de chacun. «Cette application est valable pour tout le monde. Prenons l’exemple d’un débutant qui ne connaît pas trop ses capacités. Au départ, l’application va le soumettre à un test de 6 minutes.  Ensuite, un plan va être confectionné en tenant également compte de son historique, ses objectifs et le temps que l’on peut consacrer à l’entraînement ».

FormyfitEn 2014, un premier prototype avait été développé avec la collaboration du Microsoft Innovation Center de Mons. Et, depuis lors, l’application évolue constamment : elle assure non seulement le suivi des constantes physiologiques (pulsations cardiaques) et des données factuelles (kilométrage, vitesse de course…) mais, sur base des données récoltées et de l’algorithme mis au point, elle concocte également un plan d’entraînement personnalisé.

« L’application utilise donc les nombreux inputs captés lors de chaque sortie et lors des tests pour alimenter les algorithmes qui ont encore été optimisés en janvier 2017 avec l’intégration de nouveaux inputs« . Il s’agit de ceux de Vincent Rousseau, un coureur de fonds champion du monde de semi-marathon en 1993 et vainqueur, l’année suivante, des marathons de Tokyo et de Rotterdam. En 1995, il finit second au marathon de Berlin avec un temps de 2 h 7 min 20 s (record de Belgique actuel) et devint par la même occasion le premier athlète au monde à réaliser deux chronos sous les 2 h 8 min. « Avec Vincent, nos algorithmes ont été confirmés et ont encore été améliorés».

Comment a évolué votre métier ? Pivoter : un art très sportif pour une start-up

« L’environnement et les exigences du marché sont plus que jamais en perpétuelle évolution. Le changement du business model est alors nécessaire pour rester à la page et éviter un échec soudain comme pour Kodak. Ainsi, pour une start-up naissante, il est important de partir d’un modèle d’affaire mais de garder toutefois une certaine flexibilité qui permet de « pivoter » et de s’adapter à la réalité du marché » expliquait l’équipe de rédaction du Dynamique entrepreneuriale en avril 2017.

Pivoter, c’est exactement ce qu’est en train de faire Formyfit depuis fin 2018.

Changement de clientèle cible : depuis le début de ses activités, Formyfit visait assez naturellement une clientèle de sportifs. Et cela ne lui a pas trop mal réussi : « en BtoC, on en est à 35.000 téléchargements et 28.000 inscriptions dont près de 10% sont passés en mode payant. Pour l’essentiel, des clients français et belges mais aussi des sportifs basés à Dubaï, aux Etats-Unis, en Australie et au Canada ».

Un marché qui, toutefois, a montré ses limites. Sans l’abandonner, Formyfit explore une nouvelle voie : le marché de la santé pour une clientèle BtoB. Tout en préservant le cœur de cette innovation, ses algorithmes.

De la F1 à la citadine

« On peut faire une analogie assez simple avec la F1, poursuit Laurent. Quand une marque développe des moteurs de compétition, toutes ces innovations finissent par atterrir dans les nouvelles gammes de citadines qu’on présente au salon de l’auto. Même chose pour Formyfit. Nos algorithmes restent les mêmes – ils ont même été optimisés – mais on change d’utilisateurs. Avant, on était très « nichés » sur les compétiteurs, les marathoniens, les sportifs de haut niveau.

Aujourd’hui, on s’ouvre à un public beaucoup plus large : celui qui, pour des raisons de santé, estime qu’il est temps de se reprendre en main. Parfois parce qu’il est un peu en surpoids ou parce qu’il a connu des problèmes de santé. Et lorsqu’il se relance dans le sport, il oublie  qu’il n’a plus le corps d’un jeune de vingt ans. C’est un nouveau public qui – à la différence des sportifs confirmés, pour la plupart déjà en club et disposant d’un coach – est en attente de coaching ».

70% d’entre eux sont d’ailleurs à la recherche d’un coach disponible à tout moment. Et comme ils – « elles » dans 60% des cas – ne souhaitent pas rejoindre un club, la solution digitale leur paraît la meilleure solution.

Nouveaux clients pour Formyfit

FormyfitLe CHWapi et le CHMouscron sont les premiers hôpitaux à avoir choisi de mettre Formyfit à disposition de leurs nombreux employés pour améliorer leur santé par la pratique d’une activité physique bien encadrée. Un coach digital et des challenges par équipe sont là pour lutter contre la sédentarité qui touche une grande partie de la population, mais aussi les soignants. Il y a une prise de conscience évidente que l’on peut améliorer la santé physique et mentale, mais aussi l’ambiance dans l’entreprise par la pratique d’activités faisant travailler le cœur à au moins 60% de son maximum ».

Pourquoi les autres ne le font-ils pas ? « Pour 30% d’entre-eux, parce qu’ils n’ont pas le temps, 30 autres % parce qu’ils ne sont pas motivés et 13% à cause de problèmes médicaux ».

A l’hôpital de Mouscron – qui compte 1200 employés et 200 médecins – Formyfit est téléchargeable depuis le début de l’année 2019. « On a mis en place un système de gamification qui change de mois en mois, pour garder la motivation et attirer de nouveaux employés ».

Comment cela marche ?

FormyfitLe premier mois, c’est assez simple. On forme des équipes au sein de l’entreprise et celle qui aura accumulé le plus de pas gagne le prix ».

Second mois, c’est la chasse aux « Fits ». Dans le même esprit de gamification, chaque membre d’équipe réalise un nombre de pas quotidien. Pour 1000 pas, vous obtenez un Fit ; vous arrivez à 7000 pas par jour, vous obtenez 25 Fits de bonus. Venir en vélo, rapporte 1 Fit par minute sur son vélo. Idem pour la marche. Un entraînement individualisé avec le coach vocal Formyfit permet de récolter 100Fits. De plus, 50 calories dépensées donnent droit à 1 Fit supplémentaire.

L’objectif, au 3e mois, c’est de les conduire vers un test physique, basket aux pieds, durant trente minutes, une sorte d’audit de la condition physique. « On démarre avec un petit échauffement, suivi de 6 minutes sur la plus longue distance possible ». Les algorithmes de Formyfit permettent ensuite d’extrapoler le Volume d’Oxygène Maximum (VO2max). VO2max correspond à la quantité maximale d’oxygène que le corps consomme lors d’un effort intense par unité de temps. Ce volume s’exprime en millilitres par minute par kilo (ml/mn/kg) et peut aller de 20 à 95 ml/mn/kg.

Formyfit« C’est le meilleur indice de la forme fitness de la personne auditée, assure Laurent. D’habitude, ce genre de tests est réalisé en laboratoire universitaire : il coûte cher (entre 100 et 200€), exige un process de contrôle assez lourd et, pour obtenir un rendez-vous, comptez 3 mois. Le test de Formyfit a une corrélation avec ce test labo de l’ordre de plus de 90%. On a donc réussi à vulgariser ce test qu’on peut reproduire aussi souvent qu’on le souhaite. Ensuite, avec ce véritable audit de firme physique à un instant T, chaque personne peut se comparer à la population du même âge et du même sexe. On va aussi consolider l’entrainement individuel pour faire évoluer les résultats de ce test.

L’entreprise a accès à un dashboard pour voir l’évolution de la forme de ses employés mais n’a accès à aucune donnée individuelle. Les données sont agglomérées pour faire évoluer les résultats de ce test.

Des entreprises privées ont également fait la démarche : la banque privée Puilaetco Dewaay a d’ailleurs reconduit son contrat à la mi-février, Micropole, une multinationale installée à Vilvorde, Paris, Genève et Lille vient d’adhérer tandis que la mutuelle Partenamut propose la formule à ses 1,2 million d’adhérents depuis le début du mois de janvier.

Résultats ? « Depuis qu’on est passés en BtoB, les contrats tombent. En six semaines, à la mi-février, nous avons dépassé  les ventes de 2018 » assure Laurent Baijot.

Quelle a été votre meilleure décision professionnelle ?

Quitter ma fonction confortable de salarié, même si au début, la perte de la sécurité financière n’a pas été si facile à vivre, surtout pour ma famille. La liberté de l’entrepreneur permet vraiment de faire évoluer les mentalités et ainsi améliorer nos vies.

Et, inversement, quelle décision regrettez-vous ?

Je ne regrette rien. Par contre, avec le recul, je me dis que j’aurais dû entreprendre 10 ans plus tôt.

Comment favorisez-vous l’innovation ?

Chez Formyfit, tout est mis en oeuvre pour favoriser l’innovation. On passe beaucoup de temps à parler avec nos clients BtoB et BtoC. Ce sont nos utilisateurs qui ont les meilleures idées et ont fait évoluer nos produits continuellement. On sort, par exemple, une nouvelle version de l’App toutes les semaines environ. Par ailleurs, nous avons une équipe d’experts dans les domaines technologiques, sportifs, de la santé et en data analyse. Mettre ensemble ces compétences multiples pour répondre aux besoins des clients est ce qui nous permet d’avoir une longueur d’avance sur nos concurrents.

Quel a été la dernière décision que vous avez été amenée à prendre afin de soutenir l’innovation technologique ?

Nous avons soumis un projet de recherche dans le domaine de l’eSanté en associant au projet des chercheurs en machine Learning de l’UCL, des hôpitaux et probablement une mutuelle. Cela devrait permettre d’objectiver les effets de l’utilisation de Formyfit sur une population spécifique comme les patients diabétiques.

Votre phrase/citation préférée ?

Une chanson d’Elvis: « A little less conversation, a little more action, please ». C’est bien de prendre le temps de se poser et de réfléchir avant d’agir, mais si on ne passe pas à l’action, ça ne sert à rien. C’est dans l’exécution d’un plan que l’on construit le succès. Quand on rencontre nos clients en entreprise, 50% des employés nous disent « je sais que je dois faire du sport, j’ai mis cela dans mes bonnes résolutions, mais… ». Faire passer à l’action, créer de nouvelles bonnes habitudes, c’est ce qui me motive aujourd’hui au travers du projet Formyfit.

Pour ne rater aucune opportunité, inscrivez-vous à notre lettre d’information hebdomadaire : vous y trouverez l’agenda des évènements technologiques, des opportunités de financements, des portraits d’entrepreneurs, des news ou encore des innovations wallonnes.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse

Diagnostic et plan d'actions

Analyse et audit technologique