inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Industrie 4.0: les grandes tendances de la Hannover Messe

Date de publication
18 mai 2018
facebook twitter LinkedIn Google Mail Industrie/Informatique/Logistique Print
Hanover Messe

Cobotique sur tous les fronts, prix de l’automatisation à la baisse, des postes de travail intelligents: les tendances identifiées par notre conseiller.

Des postes de travail intelligents qui s’adaptent à l’utilisateur (hauteur, lumière, inclinaison), retiennent les préférences et les restituent sur la base d’une identification RFID.

A Hanovre, ce sont pas moins de 210 000 visiteurs qui ont découvert les innovations des 5 800 exposants présents à la HANNOVER MESSE et au CeMAT. Focus cette année sur l’apprentissage automatique, l’intelligence artificielle, les plateformes industrielles des TIC, le développement des réseaux électriques comme l’électromobilité, l’utilisation de la robotique et des systèmes autonomes dans la production et l’intralogistique. Le rôle de l’être humain dans l’usine connectée a également été intensément débattu et illustré sur les stands.

Les organisateurs relevaient 3 tendances majeures:

  • Poursuite de l’imbrication entre les TIC et la construction mécanique,
  • Émergence de plateformes industrielles des TIC et d’autres modèles économiques,
  • Pénétration imminente de l’intelligence artificielle dans les usines.

 

Un conseiller, spécialiste chez InnovaTech de l’industrie 4.0, était bien sûr présent à Hanovre. Et il a repéré à son tour quelques grandes tendances complémentaires:

En robotique : la cobotique est sur tous les fronts!

cobot, robot, industrie 4.0Le marché de la cobotique explose – toutes les marques proposent leur cobot, Universal Robot en tête.

Pour le compte de ce leader mondial, dans un premier temps, Airskin propose la possibilité d’augmenter la sécurité des cobots en ajoutant une housse sensible autour de la machine.

Avantages:

  • réactivité accrue en cas de contact;
  • possibilité aussi de « cobotiser » un robot classique.

Comment cela marche?

Il s’agit d’un capteur de collision qui se présente sous forme d’une couverture de sécurité complète pour les robots et les préhenseurs.

Il est rapidement installé et se connecte directement au contrôleur de robot au lieu d’une clôture de sécurité et permet ainsi des applications collaboratives.

Le robot et la pince sont entièrement recouverts de coussins souples, y compris les zones de serrage et de cisaillement. En cas de collision entre le robot et un employé ou un objet, le capteur de collision réagit et déclenche instantanément un arrêt d’urgence. De plus, les coussinets souples amortissent les effets de force qui pourraient se produire jusqu’à ce que la machine s’immobilise finalement.

Le marché du cobot

Selon les statistiques de l’IFR (International Federation of Robotics), les achats de robots collaboratifs ont en effet doublé entre 2014 et 2015 dans le monde pour atteindre environ 5.000 machines. Mais cela reste une goutte d’eau par rapport aux 253.000 robots commercialisés en 2015 sur l’ensemble de la planète. Ce sont principalement des pays asiatiques (Chine, Corée, Japon en tête) qui achètent des cobots, devant les Etats-Unis et l’Allemagne.

Prix de l’automatisation à la baisse

Igus propose des robots delta à monter soi-même pour moins de 4000 euros. La programmation n’est pas aussi « user friendly » que pour un robot industriel clé sur porte (pas de fonctions préprogrammées pour la gestion de la cinématique ou la compensation des effets dynamiques), mais la différence de prix est très importante (4.000 €  au lieu de 25.000 €).

cobot, robot, industrie 4.0Un robot delta est un robot ayant un bras de manipulation formé de 3 parallélogrammes, ce qui, vu sa légèreté, lui permet d’être rapide et de garder sa charge dans la même orientation.

Il fait partie de la famille des robots parallèles. Les robots parallèles sont une catégorie de robots dont les domaines d’applications s’étendent de la micromanipulation à la manipulation de charges élevées, en passant par des applications industrielles plus classiques telles que le pick-and-place à haute cadence (jusqu’à 3 ou 4 produits déplacés par seconde).

Les performances des robots parallèles sont complémentaires et généralement à l’opposé de celles des robots série.

Plus de fonctionnalités et des interfaces de programmations améliorées pour le matériel « bas niveau » ou « constructeur »

Les cartes de contrôle des moteurs sont à présent équipées d’interfaces de programmations user friendly, limitant le recours à des PLC (Programmable Logic Controllers) pour des applications simples.

Des modules d’automatisation à emboiter comme des LEGO® proposés par Robodev (des profilés, des capteurs et des actionneurs facilement interfaçables).

De la vision partout, tout le temps

  • La prise de pièce à partir du vrac est devenue une application classique;
  • Nouvelle tendance : la commande par démonstration (avant, on appelait ça de la téléopération). On montre au robot le geste que l’on veut voir répété, ou on le commande en déplaçant un marqueur (Festo, Citius)
  • Les robots retrouvent seuls les objets sur lesquels ils doivent travailler et déterminent leur position et leur orientation (Fraunhofer). Ils évitent aussi les objets parasites (un outil oublié par un collègue, par exemple).
  • Plus besoin de positionnement précis.

Des AGV également à usage domestique 

Kuka propose un AGV (Automated Guided Vehicle) à usage domestique, interfaçable avec les assistants automatiques des smartphones (Siri, Alexa, Cortana), pour apporter le café, prendre des photos, …

Mais aussi:

De la réalité virtuelle pour les visites d’usine ou pour mieux comprendre les procédés de fabrication – on peut rentrer dans une machine d’usinage. On encore faire du serious gaming.

Des postes de travail intelligents, qui s’adaptent à l’utilisateur (hauteur, lumière, inclinaison), qui retiennent les préférences et les restituent sur la base d’une identification RFID. Ils vérifient même en permanence la qualité du travail réalisé. Plus d’infos ici.

La prochaine HANNOVER MESSE est organisée du 1er au 5 avril 2019. Le pays-partenaire sera alors la Suède. Le prochain CeMAT se déroulera du 20 au 24 avril 2020, conjointement avec la HANNOVER MESSE.

Envie de plus de robots, de cobots, d’automates dans votre entreprise?

Mais êtes-vous prêts? InnovaTech vous aidera à le savoir en vous proposant un audit 4.0. Inspiré de Made Different – et co-construit avec InnovaTech, un centre de recherche, les « best practices » d’un cabinet conseil et l’Agence du Numérique – cet audit est réalisé un conseiller d’InnovaTech. Il se déplace chez vous, visite votre entreprise (1h), mène l’audit avec vous (2h) et, bien sûr, il s’agit d’un service qui ne vous est pas facturé.

« A l’issue de cet audit, explique ce conseiller, l’entrepreneur aura une idée plus claire des enjeux de l’industrie 4.0 et de la façon dont elle pourrait être implémentée chez lui ».

L’idée, évidemment, c’est de:

  • vous intriguer;
  • vous inspirer;
  • vous informer.

Le diagnostic 4.0 est la première pierre de la transformation 4.0 de votre entreprise. Pour vous aider, la Wallonie propose des aides publiques dédiées. Contactez-nous pour toute information complémentaire ou pour prendre rendez-vous.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

Digitalisation

Technologie

Technologie