inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Internet des objets : l’Europe booste le marché avec IoT4Industry

Date de publication
6 juillet 2018
facebook twitter LinkedIn Google Mail Industrie/Informatique Print
ipad-820272_1920

Plus de 3,7 millions d’€ sont dédicacés aux PME, notamment wallonnes, pour qu’elles développent des centaines de démonstrateurs grandeur nature.

Le marché des objets connectés (internet des objets (IoT), Big Data, Intelligence Artificielle, Cybersécurité) ne cesse de croître dans l’industrie.

Vous êtes un industriel, l’industrie du futur et la digitalisation de l’entreprise sont les thématiques de vos futurs investissements ? IoT, data analyse, dash boarding, maintenance prédictive, plateformes cloud ?

Vous avez un projet d’innovation et vous recherchez des acteurs du numérique en Europe pour vous accompagner dans le développement de ce projet de digitalisation (processus, robotisation, solutions machines, gestion des stocks…) ?

Candidatez dès maintenant à l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) du Pôle MecaTech en partenariat avec 6 autres clusters européens (en France, Italie, Allemagne, Belgique et Royaume-Uni) afin d’être prêt pour le prochain appel à projet Iot4Industry prévu à l’automne 2018.

Vous bénéficierez :

• D’un service de recherche de partenaires en Europe pour votre projet ;
• D’un accompagnement individuel à la définition de votre projet.

Cet AMI est ouvert jusqu’au 20 octobre 2018. Attention, les candidatures seront traitées dans l’ordre des dates de dépôt des réponses.

Un webinaire sera organisé (en français) par le Pôle SCS (porteur du projet) le 13 juillet prochain de 10h à 11h. Si vous souhaitez y participer, merci de vous inscrire ici.

Pour en savoir plus sur les conditions de réponse à l’appel à manifestation d’intérêt et déposer votre candidature, suivez ce lien.

Le marché de l’internet des objets

Intyernet des objetsDes solutions ont, d’une part, été développées au sein de marchés verticaux spécifiques, tels que l’automobile, la santé ou les compteurs intelligents pour les « utilities » par exemple (réseaux de gaz, d’électricité et d’eau). Une fois les données collectées par un appareil ou un capteur, elles sont converties en informations détaillées (data analytics) pour favoriser la prise de décision ou améliorer des services : téléconsultation et diagnostic à distance, gestion dynamique des prix pour les utilities.

La plupart de ces données ne sont pas partagées par les fournisseurs de service et restent dans des silos. Dommage, car il existe différents moyens de les monétiser comme l’a bien compris, chez nous, l’entreprise belgo-marocaine Prayon.

D’autre part, beaucoup d’entreprises, de la start-up à la multinationale, développent les prochaines générations d’IoT qui fusionnent et analysent les données des multiples systèmes, organisations et marchés verticaux. Car, le partage des données est bien le catalyseur pour ce marché.

Interopérabilité : la clé

Selon McKinsey, qui estime qu’en 2025 la contribution annuelle des objets connectés à l’économie mondiale pourrait s’élever à plus de 11 000 milliards de dollars, la valeur est créée de deux façons :

• soit en transformant et en optimisant les processus opérationnels,
• soit en favorisant la création de nouvelles activités, produits ou services.

McKinsey affirme également que l’interopérabilité des solutions est requise pour libérer environ 40 % de la valeur potentielle, soit 4 400 milliards de dollars par an.

L’an passé, Gartner prévoyait que le parc d’objets connectés installé devait atteindre 8,4 milliards d’unités fin 2017, en hausse de 31% par rapport à l’année précédente. Une croissance qui reste au même rythme que les années précédentes, sans accélération. 67% de ces objets sont utilisés en Chine, en Amérique du nord et en Europe de l’Ouest.

Les objets grand public (automobiles et télévisions connectées, notamment…) se vendront mieux que les solutions pour professionnels, assure le cabinet de conseil, représentant 63% des produits connectés vendus fin 2017. Mais ce sont les entreprises qui dépenseront le plus pour s’équiper : 964 milliards de dollars contre 725 pour le grand public.

Pour l’instant, la valeur est donc dans le B2B, et les volumes dans le B2C. D’autant plus qu’à la vente d’objets s’ajoute la commercialisation de services, un marché de 273 milliards de dollars selon Gartner en 2017.

Internet des objets: et l’Europe dans tout cela ?

Internet des objetsSelon Forbes, sur le plan technologique au moins, ce sont les firmes européennes qui mènent la danse. Et cela va bien au-delà des leaders comme Siemens et Schneider qui investissent dans l’IoT des sommes d’argent mirobolantes – plus de 8 milliards d’euros chacune– notamment via des acquisitions. Selon l’enquête menée par le magazine américain auprès de 500 cadres dans le monde, les Européens seraient les plus ambitieux et optimistes concernant le déploiement de solutions IoT dans les prochaines années. 27% des cadres européens interrogés ont déclaré être déjà en train de mettre en œuvre l’Internet des objets et ses applications analytiques, contre seulement 18% de leurs homologues américains. Avec un focus tout particulier sur la sécurité.

Et ils le font pour des raisons différentes : deux fois plus de cadres européens déclarent utiliser l’IoT pour améliorer la qualité de produits existants. Alors que trois cadres américains sur quatre souhaitent utiliser l’IoT pour faire des économies et réduire le gaspillage.

IoT4Industry : un projet pour maintenir cette avance

Internet des objetsL’Europe veut maintenir cette avance et, parmi d’autres initiatives, a labellisé le projet IoT4Industry, financé dans le cadre de l’appel HORIZON 2020 INNOSUP.

Un projet qui vise, durant 30 mois, à co-financer et à mettre en œuvre des centaines de démonstrateurs grandeur nature intégrant l’Internet des Objets (IoT), le Big Data, l’Intelligence Artificielle et la Cybersécurité dans les outils et moyens de production d’entreprises industrielles européennes souhaitant numériser leurs processus.

Le consortium IoT4Industry regroupe des partenaires européens de référence dans des filières industrielles stratégiques (automobile, aérospatial, médical, énergie, robotique, …). En Wallonie, c’est le pôle Mecatech (et en particulier Thibaud van Rooden sur la photo) qui est en charge de ce projet. A ses côtés, le cluster DSP Valley (Flandre et Pays-Bas), Microtech Südwest (Allemagne), MESAP (Italie), MTC (Manufacturing Technology Center, Royaume-Uni), Mont-Blanc Industries, inno TSD et enfin SCS (France) qui coordonne l’ensemble du projet.

Un appel à projets ouvert aux PME de toute l’Europe mais aussi des 16 pays associés au programme horizon 2020 comme la Suisse, la Norvège, Israël, la Turquie etc. L’objectif principal de cet appel collaboratif est de décloisonner l’IoT en adoptant une approche cross-sectorielle pour permettre aux entreprises européennes qui participeront de :

Développer de nouveaux produits grâce à l’IoT ;
Faciliter l’accès à de nouveaux marchés ;
Faciliter la diffusion de la connaissance autour de ces technologies ;
Moderniser les outils de production des PME participantes ;
Collaborer entre elles ou avec des centres de recherches, des universités, des grandes entreprises sur le long terme.

Les entreprises qui participeront à ce projet collaboreront pour :

• Intégrer l’IoT dans des produits ou des machines ;
Contribuer à l’amélioration de l’efficacité des process.

Intégrateur ou fournisseur de solutions, ces compétiteurs seront spécialisés dans le hardware (senseurs, composants microélectroniques,…), les protocoles et les plateformes de communication, software IoT, sécurisation informatique (notamment la technologie des blockchain), traitement du data, automatisation grâce à l’intelligence artificielle.

Un appel à manifestation d’intérêt préliminaire pour aider les candidats à répondre à l’Appel à projet

internet des objetsDans un premier temps, de début juillet et jusqu’au 20 octobre, les PME wallonnes sont invitées à se faire connaître auprès du pôle Mecatech en participant à un appel à manifestation d’intérêt. L’idée est de proposer une idée de projet innovant intégrant l’IoT dans de nouveaux process industriels.

Les participants à cet appel à expression d’intérêt pourront bénéficier de conseils, mais également d’une mise en contact si elles sont en recherche d’un ou plusieurs partenaires (PME, grande entreprise, centre de recherche, etc…) pour compléter leur idée de projet.

La participation à l’appel à expression d’intérêt n’est pas obligatoire pour participer à l’appel à projet, mais est nécessaire pour bénéficier des services de soutien. Les inscriptions sont ouvertes dès maintenant et se font ici.

Un appel à projet ouvert du 20 septembre au 20 décembre

Ensuite, les PME pourront, dès le 20 septembre et jusqu’au 20 décembre 2018, participer à l’appel à projets officiel.

Pour participer, il faut 2 entités minimum, issues de 2 régions européennes différentes, dont une PME. L’une des entités doit provenir d’un des pays représentés dans le consortium (Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne, France et Italie). Seuls les PME sont financées.

Les porteurs de projets peuvent candidater à 3 types d’aides différentes :

Etude de faisabilité (jusqu’à 25.000€ par PME, budget maximal de 50.000€),

Prototypage ou POC (jusqu’à 45.000€ par PME, budget de 90.000€ maximum) ;

Développement des démonstrateurs et pilotes semi-industriels (60.000€ par PME, budget maximum de 120.000€)

Imaginons deux PME, l’une française, l’autre belge, associées à un laboratoire universitaire et une grande entreprise : elles peuvent construire une proposition d’un budget maximal de 90.000€ pour développer un prototype.

La grande entreprise et l’ organisme académique ne percevront pas de financement mais sont libres de définir avec les 2 PME leurs propres modalités de collaboration.

Contacts

Thibaud van Rooden, ou Alice Sozstak au POLE MECATECH.

Email: iot4industry@polemecatech.be
Téléphone : ; +32 81 20 68 50

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

Arrow left
Arrow right
coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse

Digitalisation

Diagnostic et plan d'actions

Analyse et audit technologique