inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Dix jeunes entrepreneurs belges repérés par le MIT

Date de publication
16 juin 2017
facebook twitter LinkedIn Google Mail News/Portraits Print
jeunes entrepreneurs

Ces jeunes entrepreneurs parmi les plus talentueux de Belgique ont pour objectif de résoudre les problèmes actuels les plus pressants de la société.

Avoir été sélectionné parmi plus de 130 candidats belges, c’est déjà une réussite en soi.

Avec le soutien de BNP Paribas Fortis et L’Atelier, partenaires financiers européens du projet organisé par le MIT Technology Review, le lauréat sera désigné le 20 juin prochain à Bruxelles. Il ou elle portera le titre d’ Innovateur belge de l’Année 2017 et sera directement intégré à la liste des 35 Innovators Under 35 Europe cette année. La grande finale européenne aura lieu en septembre prochain à Paris.

Avoir été sélectionné parmi plus de 130 candidats belges, c’est déjà une réussite en soi. Il est vrai que les jeunes entrepreneurs belges repérés par le MIT comptent sûrement parmi les plus brillants talents provenant de notre pays.

Voici nos dix « pépites », de jeunes entrepreneurs prometteurs

1. Bert Conings – Une nouvelle génération de cellules solaires

jeunes entrepreneursDocteur en physique, Bert Conings, chercheur à la  Hasselt University, éprouve une vraie passion pour les technologies liées aux énergies renouvelables.  Une expertise et une passion qu’il met au service du développement d’une nouvelle génération de cellules solaires, à base de perovskite. Ce projet promet d’offrir une alternative moins coûteuse, plus puissante et plus largement applicable aux technologies actuelles des cellules solaires. Absents du marché pour l’instant, les produits à base de perovskite devraient intégrer d’ici quelques années les dispositifs solaires et seront prêts à être commercialisés.

Ces nouveaux matériaux perovskites sont promis à un bel avenir dans beaucoup d’applications liées à notre vie quotidienne – production d’énergie (cellules solaires) ou éclairage (diodes électroluminescentes, écrans)- car ils vont permettre la production d’équipements à un coût modéré présentant une efficacité renforcée, avec des designs multiples.

2. Jelle De Smet – Des lentilles numériques contre la presbytie

jeunes entrepreneursA partir de 45 ans, notre vue commence à baisser. Jelle De Smet a développé des lentilles flexibles et réglables, grâce à des écrans à cristaux liquides flexibles et à forme sphérique (LCD). Une innovation créée alors qu’il terminait son doctorat.

Avec l’Imec et l’Université de Gand, il a créé la spin-off Eyeco eyeCo. L’entreprise, installée à Zwijnaarde, continue de développer cette technologie pour aider à traiter la presbytie ou une hypermétropie liée à l’âge. Objectif: concevoir une lentille adaptable qui réagit à différentes situations et qui peut être intégrée dans des lunettes.  Le prototype entièrement fonctionnel sera disponible cet été 2017 et un produit prêt pour les marchés commerciaux d’ici l’été 2018.

3. Julien de Wit – A la recherche de la prochaine Terre

jeunes entrepreneursDiplômé ingénieur en aérospatial de l’Université de Liège en 2011, en postdoctorat au Massachusetts Institute of Technology (MIT), Julien de Wit, originaire de Verviers, a développé une technique qui «trace» des exoplanètes éloignées et révèle des détails sur leur climat et leur composition physique.Elle a permis d’identifier 4 exoplanètes situées autour de l’étoile naine ultrafroide TRAPPIST-1.

Pour rappel, grâce à Spitzer, le télescope spatial de la Nasa, l’équipe emmenée par Michaël Gillon (ULg) a pu observer pendant trois semaines, à l’automne 2016, des planètes qui orbitent autour d’une étoile plus petite et plus froide que notre Soleil, une « naine rouge ». Une première mondiale qui a fait sensation début 2017.

4. Victor Dillard – La maitrise du clonage et du codage

jeunes entrepreneursL’ingénieur chimiste belge Victor Dillard, le biologiste moléculaire Edward Perello et le biologiste (et ingénieur software) Riley Dole ont créé en 2012, à Londres, la start-up Desktop Genetics. Ces trois « anciens » de l’université de Cambridge ont mis sur pieds une équipe d’experts en sciences de la vie et d’ingénieurs logiciels. Après avoir levé 3,2 millions de dollars, ils ont développé AutoClone, un outil d’intelligence artificielle qui accélère la recherche en génétique. En se basant sur des données de laboratoires, AutoClone permet à la fois de:

  • gérer les inventaires d’ADN à l’aide d’un puissant moteur de recherche;
  • automatiser les protocoles de clonage qui prennent normalement des heures, voire des semaines.

 

L’année suivante, ils développaient un outil de conception de génomes particulièrement précis (gUIDEbook). Un an plus tard encore, ils associaient ces deux outils  pour créer DESKGEN: un système logiciel qui donne aux scientifiques le pouvoir d’organiser optimiser et d’automatiser leurs recherches.

5. Mohamad Hasan Bahari – Gestion automatique multi-média

jeunes entrepreneursMohamad Hasan Bahari, docteur en génie logiciel (KUL) et chercheur postdoctorant, est le CEO et le cofondateur de Sensifai, une start-up bruxelloise (Watermael-Boitsfort) développée par des professeurs et des anciens de la KUL (traitement de la parole et des images). La startup a développé un logiciel spécialisé dans la reconnaissance automatique de concept sémantique vidéo (AVSR). Ce logiciel sera en mesure de reconnaître et d’analyser les concepts de haut niveau ainsi que de traiter les informations audio et visuelles. Sensifai travaille actuellement avec plusieurs grandes entreprises pour collecter des données et optimiser la manière dont le logiciel fonctionne.

6. Damya Laoui – Cellules dendritiques pour développer de nouvelles immunothérapies contre le cancer

jeunes entrepreneursDamya Laoui, chercheuse postdoctorante au laboratoire d’immunologie cellulaire myéloïde de la Vrije Universiteit Brussel, se concentre sur l’utilisation de cellules dendritiques pour développer de nouvelles immunothérapies contre le cancer. Les cellules dendritiques sont responsables de l’activation du système immunitaire.Elles ont une double fonction: elles vont « réveiller » les lymphocytes (défenseurs de l’organisme) en leur présentant les antigènes présents sur les cellules cancéreuses. Elles vont également faire en sorte que les cellules (cancéreuses) qui portent ces antigènes soient clairement identifiées comme « ennemies à éliminer ».  Damya Laoui étudie maintenant pourquoi certaines tumeurs répondent mieux à un type de cellule dendritique par rapport à d’autres.

Bien que l’application clinique de cette recherche ne soit pas encore pour tout de suite, l’approche de Damya Laoui présente un grand potentiel pour aider les patients atteints de cancer qui ne peuvent pas bénéficier des alternatives thérapeutiques actuellement disponibles.

7.  Małgorzata Ratajska-Grandi – Des applications mobiles pour les futures mamans

jeunes entrepreneursEn 2014, Malgosia Ratajska a créé Yagram, une start-up installée à Forest (Bruxelles) qui développe une application de santé mobile, basée sur un algorithme d’intelligence artificielle. « L’intelligence artificielle permet à notre technologie de fournir aux patients des informations validées au bon moment pour anticiper les jalons du suivi périnatal ».

Les « assistants numériques » de Yagram sont alignés sur les équipes de soins cliniques et cultivent les relations avec les mamans en prenant en compte leurs préférences et préoccupations. « Nous créons un lien aujourd’hui manquant pour répondre aux demandes croissantes des futurs parents: meilleur service, plus grande participation, meilleure relation à long terme avec le service de garde de l’hôpital ». Depuis 2017, le produit pilote est actif au sein de l’hôpital de Brugmann.

8. Vincent Spruyt – Expliquer et prédire le comportement humain par le big data

jeunes entrepreneursVincent Spruyt a créé Sentiance, une entreprise basée notamment à Anvers (mais aussi en Grande-Bretagne et aux États-Unis) qui développe une plate-forme d’apprentissage par machine destinée à expliquer et prédire le comportement humain au travers de l’analyse d’un très grand nombre de données (big data).

Cette plate-forme utilise des données de bas niveau collectées à partir de capteurs de smartphones (tels que des gyroscopes et des accéléromètres) pour expliquer et prédire le comportement humain, telles que les habitudes de vie, le comportement de conduite, l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, des indicateurs de santé et spatio-temporel activité. L’objectif de l’entreprise: que ses capacités de détection en temps réel soient utilisées pour améliorer la qualité de vie des utilisateurs et pour les aider dans leurs tâches quotidiennes. Son équipe a lancé une première version de la plate-forme en 2016 (elle compte déjà 500.000 utilisateurs) et intensifie la commercialisation en Europe, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Chine.

9. Félix Van de Maele – Une plate-forme de gouvernance des données pour entreprises

jeunes entrepreneursIl y a 8 ans, Félix Van de Maele a fondé la start-up bruxelloise (Neder-over-Heembeek)  Collibra . En utilisant ses connaissances approfondies en informatique et en gestion d’entreprise, Félix Van de Maele en a fait une plate-forme de gouvernance de données. L’objectif est d’utiliser ces données de manière à offrir aux entreprises clientes un avantage concurrentiel dans leurs domaines respectifs. Collibra a servi des entreprises dans diverses disciplines, de l’éducation aux services financiers au gouvernement, et continue de desservir des centaines de clients par jour.

10. Samuel Van de Velde – Un GPS pour votre intérieur

jeunes entrepreneursDiplômé du département de télécommunications et de traitement de l’information de l’Université de Gand, Samuel Van de Velde s’est particulièrement intéressé à un trou laissé béant dans le marché du GPS commercial, celui du positionnement intérieur. En 2014, Samuel Van de Velde a créé son propre système de positionnement intérieur et l’année suivante, il a fondé Pozyx Labs, une société spécialisée dans le positionnement intérieur précis. Pozyx est la première solution matérielle abordable et facile à utiliser qui fournit des informations de positionnement et de mouvement exacts à l’intérieur (et à l’extérieur). Afin d’obtenir une précision de positionnement de quelques centimètres, le système Pozyx repose sur une nouvelle technologie radio sans fil appelée ultra-large bande (UWB). La précision obtenue avec cette technologie ultra-large bande est infiniment meilleure que les systèmes de positionnement traditionnels basés sur des signaux WiFi, Bluetooth, RFID ou GPS.

Depuis lors, le laboratoire de Samuel Van de Velde a créé et vendu plus de 5 000 unités dans plus de 45 pays différents. Aujourd’hui, Pozyx continue de travailler sur le développement de produits nouveaux et spécialisés pour le marché du GPS.

Et vous?

Envie d’être référencé comme entrepreneur wallon innovant (c’est presque aussi bien que le MIT), contactez-nous. Et n’hésitez pas à vous inspirer des entrepreneurs déjà mis à l’honneur ici.

 

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

Management

Management de l’innovation

Technologie

Technologie