inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Luc Mohymont : Ambassadeur Made Different Digital Wallonia

Date de publication
15 juin 2018
facebook twitter LinkedIn Google Mail Construction/Informatique/Portraits Print
Luc Mohymont

En reprenant EMAC Belgium avec son frère, il a amplifié la transformation numérique de l’unité de production de menuiseries high-tech en bois et en PVC.

Made Different Digital Wallonia a identifié 7 entreprises manufacturières « Ambassadeurs Made Different Digital Wallonia ». L’objectif ? Encourager et favoriser les initiatives innovantes et les précurseurs sur une ou plusieurs des 7 transformations qui font d’eux des Industries du Futur.

Ces 7 Ambassadeurs sont des entreprises qui ont atteint un niveau de maturité élevé sur une des 7 transformations du programme Made Different et qui souhaitent insuffler un mouvement d’impulsion vis-à-vis d’autres PME wallonnes encore en retrait des technologies récentes.

Au travers de ces ambassadeurs, l’objectif est, notamment, de rassurer les PME wallonnes et d’encourager à rompre avec l’a priori que l’industrialisation ne concerne que les grandes entreprises délocalisées. La transformation digitale est à la portée de tous.

Derrière ces entreprises du futur, il y a des hommes et des femmes qui pilotent cette transformation. Luc Mohymont (à droite sur la photo de couverture), CEO d’EMAC (Jumet), nominé pour la transformation « Digital Factory », est de ceux-là.

Nouveau président de la Confédération de la Construction Wallonne (CCW), Luc Mohymont est aussi, avec son frère Micael, le patron d’EMAC Belgium, une PME de 60 personnes, installée à Jumet. Fabriquant industriel de menuiseries high-tech en bois et en PVC, elle produit des châssis et portes répondant aux normes techniques de construction du bâtiment en gamme standard, basse-énergie et passive.

De l’Athénée à EMAC

Luc Mohymont a appris la menuiserie à l’Athénée de Marchienne-au-Pont. Au début de sa carrière, il travaille quelques temps en menuiserie pour ensuite rejoindre le siège wallon d’une entreprise allemande, LEITZ Service, où durant 14 ans il gravira les échelons et sera représentant spécialisé dans la vente d’outillages de machines de menuiserie à commande numérique pour la fabrication de fenêtres, portes, escaliers, meubles,…

« Après 14 ans, j’avais fait le tour de ce métier, explique Luc Mohymont, et le connaissait sur le bout des doigts. En même temps, en 2008, entrait en vigueur le marquage CE pour les portes et fenêtres. J’avais participé à une réunion à ce propos au BCCA, un organisme de certification spécialisé dans la construction pour des produits et des systèmes de construction, des systèmes d’organisation, des systèmes de gestion, des personnes et des processus. Créé en 1992 par SECO et le CSTC, cet organisme cherchait quelqu’un ayant de l’expérience dans les fenêtres. « Je venais de reprendre des cours du soir en travaux publics aux Aumôniers du travail. La réunion avait eu lieu en septembre. En décembre, je rejoignais le BCCA et son équipe de 80 personnes pour travailler sur la certification de processus dans le cadre de la norme produit, pour l’Europe ».

A la fin de l’année 2012, Luc Mohymont et son frère, qui gérait une entreprise spécialisée dans la vente et le placement de fenêtres, vont faire le grand saut. Associés, ils reprennent les activités d’EMAC Belgium, une entreprise familiale qui était à remettre.

Poursuivre la digitalisation de l’entreprise

« A la reprise, beaucoup avait déjà été fait en terme d’automatisation, de numérisation et de recyclage par les précédents propriétaires, la famille Munoz. On a poursuivi et accentué le mouvement afin d’évoluer davantage encore vers l’industrie 4.0».

Assez rapidement, la nouvelle direction a renforcé les aspects durables de la production et de la production d’énergie.

Désormais certifiée FSC® (Forest Stewardship Council) et PEFC TM (Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes), ce qui n’était pas le cas à la reprise, l’entreprise produit aussi sa propre énergie verte par l’intermédiaire de 800 panneaux solaires placés sur les toits de ses bâtiments.

Luc MohymontUne partie de l’énergie destinée au chauffage des bâtiments était déjà assurée par une chaudière alimentée par la récupération des déchets bois. Désormais, c’est toute l’entreprise (12.000m²) qui est chauffée par des chaudières bois. « Tous nos déchets de bois sont récupérés, broyés et stockés en copeaux au sein de deux silos.

La politique de tri des déchets a également été améliorée. « A l’époque, on louait 5 à 6 containers et, bien sûr, on payait pour s’en débarrasser. Aujourd’hui, on nous rachète le carton, les déchets plastiques et on revend les déchets métal à un ferrailleur. Il ne reste plus que le verre « tout-venant ».

Pour améliorer encore la digitalisation et sa capacité à donner plus de valeur ajoutée à la production, sans réduire le personnel, l’entreprise dispose en interne de deux profils IT. Un développeur qui gère tout l’aspect du pilotage automatisé des machines et un second informaticien qui s’occupe du paramétrage du nouvel ERP.

Véritable pierre angulaire du système EMAC, cet ERP « nous donne beaucoup plus de maîtrise sur nos offres, nos gammes de produits, nos statistiques, poursuit Luc Mohymont. L’idée, c’est d’améliorer notre rentabilité. On a de gros clients : avec notre outil, ils peuvent désormais faire leurs devis eux-mêmes. Ce qui nous permet de libérer un encodeur pour 80% de son temps. Il a ainsi plus de temps à consacrer aux plus « petits » clients (80% de BtoB) : des placeurs qui ont des chantiers en bois, PVC, et, de temps en temps, en aluminium.

Dans un second temps, via un site internet, ces plus petits clients pourront faire leur demande de prix eux-mêmes.

Cet ERP a été configuré pour piloter à 100% le parc machine.

Luc MohymontLe parc machine lui-même s’est enrichi.

« En juillet 2018, on a changera tout l’outillage de la ligne principale, permettant de réaliser des profils supplémentaires.

Cela nous permettra d’augmenter le volume, la cadence, l’offre de produits, la diversification.

Avec 10 références de profils bois et 5 références supplémentaires d’ici peu (3 références supplémentaires pour le PVC), on est désormais capable de répondre rapidement et qualitativement à toutes les demandes des clients ».

A long terme, la ligne de production principale va elle-même être modernisée. Ce qui nécessitera de plus gros investissements et une modification de l’aménagement de l’atelier.

La traçabilité est assurée tout au long de la chaîne de production : les PVC disposent de codes barre affichés sur des étiquettes par marquage laser tandis que le bois présente des codes barre imprimés par jet d’encre.

« En fin de chaîne, ajoute Luc Mohymont, on scanne les codes barre. On peut ainsi vérifier si la commande est complète ou pas ». Et le pilotage automatisé gère également la maintenance.

Fins prêts pour des nouveaux marchés

«A la reprise d’EMAC, mon frère et moi étions certains d’une chose. Il fallait se démarquer, apporter une valeur ajoutée au produit bois, qui était alors un produit plutôt standardisé, à la différence du PVC ».

L’entreprise a alors décidé de se lancer dans la reproduction de porte à l’identique destinée à la rénovation des maisons de maître, très nombreuses à Bruxelles. « Si vous voulez entrer sur un chantier de rénovation pour des châssis bois destinés aux fenêtres, il faudra aussi être capable de s’occuper des portes d’entrée. »

Luc MohymontC’est ce que l’entreprise a fait. Une partie de ces nouveaux produits sont réalisés à la main, l’autre est standardisée et passe par des machines CNC. Sur base de photos envoyées par les clients, on travaille sur la porte en la construisant autour des fers forgés fournis. Une porte basse énergie. « Les fenêtres et les portes EMAC réduisent la consommation énergétique. On le constate dans les différentes coupes, la construction de profilés de diverses sections accrues mesurant de 68 à 108 mm, lesquelles jettent les bases d’une isolation thermique remarquable. L’alliance de joints de battement périphériques et d’un vitrage super isolant garantit des propriétés d’isolation thermiques optimales, encore inimaginables il y a quelques années ».

Une politique de différenciation qui a porté ses fruits. « Cela nous a ouvert énormément de nouveaux chantiers. L’augmentation est de l’ordre de 20 à 25% ».

Résultats ? Depuis la reprise, le chiffre d’affaires est en constante croissance de l’ordre de 5 à 10% chaque année. Et le travail s’est profondément transformé. On produit toujours autant de châssis qu’avant mais avec plus de valeur ajoutée. A terme, l’objectif est de poursuivre l’évolution, notamment via des investissements encore plus lourds, afin d’être plus efficace. On a encore beaucoup de travail manuel qui pourrait être automatisé.

Pour conserver cette dynamique et maintenir l’emploi, EMAC a mis en place une politique de formation permanente : « on a énormément de stagiaires provenant des écoles des environs. C’est durant les stages qu’on recrute. C’est là qu’on voit la motivation. Je n’engage que des menuisiers. Le bois, il faut un peu connaître. Pour le PVC, on peut embaucher des jeunes provenant d’autres secteurs que la menuiserie ».

Ils sont coachés en interne. « On a 5 coachs pour la production bois tandis que le PVC reste, lui, sous la supervision du chef d’atelier ».

Envie d’en faire autant dans votre entreprise?

Êtes-vous prêts? InnovaTech vous aidera à le savoir en vous proposant un audit 4.0. Inspiré de Made Different – et co-construit avec InnovaTech, un centre de recherche, les « best practices » d’un cabinet conseil et l’Agence du Numérique – cet audit est réalisé par un conseiller d’InnovaTech. Il se déplace chez vous, visite votre entreprise (1h), mène l’audit avec vous (2h) et, bien sûr, il s’agit d’un service qui ne vous est pas facturé.

« A l’issue de cet audit, explique ce conseiller, l’entrepreneur aura une idée plus claire des enjeux de l’industrie 4.0 et de la façon dont elle pourrait être implémentée chez lui ».

L’idée, évidemment, c’est de:

  • vous intriguer;
  • vous inspirer;
  • vous informer.

Le diagnostic 4.0 est la première pierre de la transformation 4.0 de votre entreprise. Pour vous aider, la Wallonie propose des aides publiques dédiées. Contactez-nous pour toute information complémentaire ou pour prendre rendez-vous.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse