inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Margaux De Ré permet à votre mobile… de fluidifier votre mobilité

Date de publication
29 mars 2019
facebook twitter LinkedIn Google Mail Logistique/Portraits Print
Margaux De Ré

Avec son équipe, elle vient de créer un planificateur d’itinéraire intermodal (TEC, SNCB, STIB, De Lijn) qui permet de calculer à tout moment le meilleur itinéraire en transport en commun.

J’arrive à me faire écouter. Pas parce que je crie fort mais parce qu’on m’écoute. Les gens aujourd’hui sont plus bienveillants. Même s’il faut encore forcer les mécanismes.

ProchainBus, NextRide, Nextmoov, Smart Mobility Planner : les applications intelligentes dédiées à l’amélioration de la mobilité partagée fleurissent désormais en Wallonie, en Flandre et à Bruxelles grâce à un quatuor d’entrepreneurs wallons « expatriés » à Bruxelles.

Des développements technologiques qui donneront lieu à une expérience unique de collaboration entre de grands acteurs publics du transport en commun et une start-up, Nextmoov, cette agence digitale créée en septembre 2017 qui se profile comme un service aux citoyens pour améliorer leur quotidien, notamment leur mobilité, grâce au digital.

Objectif ? Une expérience de mobilité plus simple, plus fluide et plus efficace pour les usagers.

Margaux De RéDepuis le 4 mars dernier, un planificateur d’itinéraire intermodal, Smart Mobility Planner, est en phase de tests auprès des 4000 ambassadeurs qui ont adhéré au projet. Le 6 mai prochain, ce produit sera proposé au grand public.

En août 2018, le TEC, la SNCB, la STIB, de De Lijn et l’agence Nextmoov comptaient parmi les lauréats de l’appel à projets fédéral « Smart Mobility Belgium » (porté par les ministres Belot et De Croo) grâce à leur Smart Mobility Planner.

Ce planificateur vise à intégrer l’ensemble des données, notamment en temps réel, des différents opérateurs de mobilité pour permettre à l’utilisateur de calculer à tout moment le meilleur itinéraire en transport en commun et mobilité douce (vélo & marche à pied).

Il repose sur un code informatique open source : ce dernier pourra donc être partagé avec l’ensemble de l’écosystème technologique actif sur le terrain de la mobilité belge.

Avant de lancer le Smart Mobility Planner, une web app de test a été construite en consortium avec les 4 partenaires. Elle intègre le temps réel, est open source et multimodale (bus, train, tram, métro et vélo dans un premier temps). Au fil du temps, de nouveaux partenaires de mobilité et de nouvelles fonctionnalités seront ajoutés à cette solution.

Margaux De Ré et ses potes

Margaux De RéNextmoov, à l’origine, ce sont quatre potes – Margaux De Ré, Thomas Hermine, Mathieu Delvaux et François Halin – qui se sont rencontrés au fil du temps et, pour certains, lors de leurs études. Ils avaient, notamment, en commun de prendre le bus tous les jours.

Et donc, à une époque où les applis dédiées aux horaires des transports en commun n’existaient pas encore, ils étaient obligés de jongler avec des pdf téléchargés sur le site web des TEC.

« C’était un peu « old school » explique Margaux De Ré, digital strategist et co-fondatrice de Nextmoov, et surtout pas très ergonomique. Alors que la mobilité est un sujet qui touche énormément de gens, il n’existait pas de solutions technologiques adaptées ».

Margaux De RéMargaux De Ré – qui, à l’Ulg, a suivi un bac en communication (option journalisme) puis un Master en arts du spectacle (finalité cinéma documentaire) – dit d’elle-même qu’elle n’est pas une technicienne. Plutôt une technophile. Les applications utiles dans la vie des gens, ces technologies qui améliorent le quotidien de Monsieur et Madame tout-le-monde, qui sont au service de la collectivité, cela lui parle. Et elle est fan.

Mais quand elle dit qu’elle n’est pas une technicienne, ce n’est pas tout à fait vrai. Attachée de direction aux bibliothèques de l’Ulg, elle y a tout de même supervisé plusieurs projets web. Un projet IT pour la bibliothèque et une application pour les dépôts de mémoires en ligne. « J’étais ravie lorsqu’il s’agissait d’aller présenter le projet aux étudiants. Confronter les projets avec les utilisateurs, c’est le Graal » dit cette fan des méthodes agiles, du lean start-up et de l’open data.

L’amélioration du service grâce à la technologie

Celle qui a cosigné une carte blanche dans le Vif intitulée « l’open data, loin des geeks, près des gens » et qui avoue s’intéresser bien plus aux services qu’apportent les applications aux humains qu’à la technologie elle-même, est devenue entrepreneuse par la force des choses.

Durant ses études, Margaux De Ré a galéré avec les horaires des transports en commun. Et, avec ses amis, a bien dû constater qu’à moins de le créer, il y avait peu de chances que naisse un jour un outil ergonomique capable de renseigner les usagers en temps réel.

C’est pour cette raison, qu’en 2012, le quatuor va créer ProchainBus, la seule application capable de fournir sur iPhone et Android les horaires des TEC wallons. Margaux, déjà, garantit aux utilisateurs d’être toujours pris en compte dans l’évolution du projet. Sans doute l’une des clés du succès.

L’équipe va en tous cas être sélectionnée par Meusinvest qui en fera l’un des lauréats d’Activ’Up, son accélérateur de start-up. Dans la foulée, le quatuor obtient une bourse de préactivité de la Région wallonne.

Margaux De Ré, comment a évolué votre métier ?

Margaux De RéEn 2014, incubés par Lean Square et le VentureLab, ils créent une nouvelle version, baptisée NextRide, qui, cette fois rassemble les horaires de toutes les lignes de la STIB et des TEC Wallons. L’application, gratuite, les met à disposition des voyageurs en temps réel. Et la communauté d’utilisateurs alimente en direct les informations utiles sur le réseau. Bus ou tram bondé, important retard, grève, incident technique. Le succès va être fulgurant. « L’application fonctionne encore et on dispose toujours des statistiques, explique Margaux. On est à un million de téléchargements. Un Belge sur 7 a utilisé NextRide. »

 

Par contre, impossible d’en vivre. Même avec de la publicité.

Les jeunes entrepreneurs vont donc réorienter leur agence. Elle se profile désormais comme une agence digitale visant à aider les entreprises à offrir des outils numériques modernes, en particulier dans le secteur de la mobilité. « Nous avons plein de chouettes projets dans nos cartons, poursuit Margaux De Ré. Il y avait encore moyen d’aller bien plus loin. On a eu plein de discussions avec plein d’acteurs. Et, puisque le passé nous donnait du crédit, on a réussi à booster d’autres acteurs, à les faire aller plus loin ».

Margaux De RéMargaux De Ré était intéressée par l’offre de Cambio. « J’avais choisi Cambio car c’est une solution de car sharing partagée avec les transports publics: SNCB, De Lijn, TEC. Mais il fallait plusieurs semaines pour avoir son abonnement chez eux. Nous leur avons proposé une solution qui intègre les scans de la carte d’identité et du permis de conduire. Avec notre application, il ne faut désormais plus que dix minutes pour s’inscrire ».

En 2017, l’opportunité d’une collaboration avec la start-up Modalizy (lancée par Octa +) pousse la start-up à poursuivre sur ce terrain. Modalizy, c’est une carte mobilité adaptée à vos besoins de mobilité. L’idée, lorsqu’on est une entreprise, c’est de ne plus privilégier la voiture coûte que coûte, mais de la combiner avec des transports durables : transports en commun, vélo partagé, taxi, trottinette électrique, voiture partagée…

La même année, NextRide devient Nextmoov. L’entreprise dispose d’un siège d’exploitation atypique – un 21m² au BeCentral, au cœur de Bruxelles –  qui lui sert surtout à recevoir des clients. « On fonctionne avec des développeurs free-lance du secteur IT qui travaillent d’où ils veulent. Ils interviennent en fonction des besoins. Le pool peut changer en fonction des nécessités, si nous avons besoin de langages différents ».

Une semaine à la mer pour boucler le projet

Margaux De RéPour le projet Smart Mobility Planer, l’équipe a notamment travaillé avec des spécialistes du react native, une nouvelle technologie de développement pour mobile qui permet de créer une application bien plus rapidement qu’avant. Car le temps était l’ennemi dans ce défi.

« Le projet Smart Mobility Planer a notamment été innovant dans la façon dont nous l’avons géré : comment mettre autour de la table quatre gros acteurs  qui venaient chacun avec leurs propres réalités? Tout en conservant notre marque de fabrique : user friendly et ergonomique ».

Vaste chantier car il fallait aller très vite. « Ce projet, nous l’avons remporté en septembre 2018 et il fallait des résultats en début d’année 2019. Nous avions un peu peur de travailler avec ces grandes entreprises et dans ce mode de fonctionnement hyper rapide. Ok, on va vite mais il fallait que le produit soit nickel. Tout de suite. Nous avions des contraintes de budget et des comptes à rendre. On a appris plein de trucs ».

Ce qui a donné lieu à quelques scènes cocasses. « Nous devions rencontrer le comité stratégique du projet mais on avait oublié de booker une salle de réunion au BeCentral. Quand ils sont arrivés, il ne restait plus aucune salle de libre. Nous nous sommes donc retrouvés à huit dans notre bureau de 21 m². Mais tout s’est bien passé et ils se sont rendus compte que nos méthodes marchaient bien ».

Et pour rester dans les temps, l’équipe au complet s’est finalement réunie… à la côte belge. « Nous y avons passé une semaine et on a bouclé le challenge. On a travaillé 15h par jour. C’était la preuve que, malgré notre mode de fonctionnement, nous pouvions nous rassembler autour d’un chouette projet ».

Comment faites-vous pour conserver un état d’esprit innovant ?

Grâce à nos méthodes de travail, je pense. « This is Nextmoov, this is how we work ». Grâce à cela, nous attirons des gens qui nous ressemblent tout en se donnant les moyens de conserver nos propres guidelines. Et puis, vous savez, le monde est en train de changer tout seul. Il faut juste être conscient qu’il y a des petits gestes qui aident à aller plus vite.

Quel a été votre dernier défi technologique ?

Celui que nous sommes en train d’accomplir. On a fait le planificateur. Et nous venons de lancer une filiale, baptisée Stoemeling, avec Vias et Stratec. Elle est axée mobilité et va permettre de compiler plus d’infos encore, notamment les infos retards. Et du coup, nous permettre d’anticiper, de prévenir et de proposer des alternatives grâce à l’intelligence artificielle. Bref : créer un Waze pour les transports en commun.

Quelle a été votre meilleure décision professionnelle ?

De n’avoir jamais fait de plans sur dix ans. A chaque carrefour de ma vie, j’ai choisi au feeling. J’essaie juste de regarder les choses qui me sont arrivées. Aucun de mes deux parents n’a fait l’université : mon papa est ouvrier, ma maman assistante sociale. Quelle chance j’ai eu. Et comment rendre cette chance ?

Votre phrase préférée ?

On a tous, en nous, plein de capacités. Il ne faut pas se freiner. Si on s’étaient freinés, on n’auraient pas « emprunté » les données des TEC pour notre première appli’, on auraient abandonné NextRide, on n’auraient pas fait Nextmoov.
D’autres le font, vous n’êtes pas moins que les autres. On peut le faire, il ne faut pas se décourager.

Pour ne rater aucune opportunité, inscrivez-vous à notre lettre d’information hebdomadaire : vous y trouverez l’agenda des évènements technologiques, des opportunités de financements, des portraits d’entrepreneurs, des news ou encore des innovations wallonnes.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse