inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Métier : relayeur d’ informations stratégiques

Date de publication
26 juillet 2016
facebook twitter LinkedIn Google Mail Idées/Stratégie/Technologie/Inspirations Print
information stratégique

Le Technology Intelligence Officer est un relayeur d’ informations stratégiques en entreprise. Il assure une veille permanente et 360°.

 

Face à l’accélération du changement technologique, l’ information technologique devient vitale pour les entreprises. Ces besoins industriels ont conduit à la création d’un nouveau métier, celui de Technology Intelligence Officer (TIO). Il doit donner la bonne information, à la bonne personne et au bon moment afin que l’entreprise prenne la bonne décision.

Mission du TIO : capter et diffuser l’information

La mission du TIO est de capter et de diffuser au « board » toute information stratégique de nature à permettre à ce dernier de répondre rapidement et de manière pertinente à toute demande du marché. Qu’il s’agisse de demandes fortes (les tendances d’aujourd’hui) ou de demandes en devenir (les tendances de demain). Un profil qui a la particularité d’être installé physiquement à proximité du ou d’un des centres décisionnels de l’entreprise.

Didier LeboutteLe TIO rassemble et traite les informations provenant des différents veilleurs de l’entreprise installés dans différents départements de l’entreprise et un peu partout dans le monde. Les TIO sont les « grandes oreilles » des entreprises, formés à intercepter les signaux qu’envoie le monde, en particulier les signaux les plus faibles. Captés, analysés et transmis aux décideurs, ce sont ces signaux qui ont le plus gros potentiel de développement. « Ne pas forcément être le premier, mais ne surtout pas être le dernier » explique Didier Leboutte, TIO chez Cockerill Maintenance & Ingénierie.

La « veille » pour préparer l’entreprise à de nouveaux challenges

Depuis la mise en route du plan de fermeture du chaud (2003) en sidérurgie wallonne, Cockerill Maintenance & Ingénierie (CMI) n’a eu de cesse de se positionner sur de nouveaux métiers, la sidérurgie ne représentant plus aujourd’hui que 40% de ses activités. Le rôle de la centaine de « veilleurs » qui travaillent au sein du groupe est donc plus que jamais déterminant. Ce sont eux qui, avec le board, préparent l’entreprise à ses nouveaux challenges.

Didier Leboutte n’est « que » l’un d’entre eux mais il a la particularité de travailler directement avec le directeur du développement de CMI Group, avec les incubateurs d’innovation de CMI dont il est aussi l’organisateur. « C’est nous qui organisons les revues de développement du groupe » : des informations stratégiques qui sont transmises au président, lesquelles permettront à ce dernier de prendre les bonnes décisions au bon moment.

Didier Leboutte est titulaire d’une licence en sciences de l’éducation expérimentale, d’une licence complémentaire en gestion d’entreprise et d’un master en gestion de la propriété intellectuelle (PI). Il est donc également le manager PI de l’ensemble du groupe et forme régulièrement du personnel à la « veille brevet » partout dans le monde. « Avec le travail de ces collègues, je gagne énormément de temps.»

Robots et agrégateurs de contenus comme outils de veille

Une fonction qui l’amène à développer une veille « 360° » : « il n’y a pas de limite à ce que je regarde », confirme-t-il. Et pour y arriver, il a mis en place une série d’outils sur lesquels il peut s’appuyer pour gagner du temps : l’idée est d’amplifier au maximum les signaux faibles grâce à des outils numériques de plus en plus automatisés. Didier Leboutte souligne à cet égard toute l’importance des réseaux sociaux, « une caisse de résonance qui permet l’amplification des signaux faibles ».

Didier Leboutte surveille 100 à 150 blogs qui lui livrent 200 à 250 lignes d’informations par jour.

Mais tout n’est pas utile et plutôt que de perdre un temps précieux, Didier Leboutte mise sur les « algorédacteurs » et les « métajournalistes », des robots qui réalisent 60% des wikis. Grâce à ces robots et à des agrégateurs de contenus, il est beaucoup plus simple de rechercher des informations dans un contexte donné. Avec ces outils automatisés, Didier Leboutte surveille 100 à 150 blogs qui lui livrent 200 à 250 lignes d’informations par jour. C’est gérable. Par contre, Didier Leboutte estime que dans 9 cas sur 10, il n’est pas nécessaire de se rendre aux grandes conférences et autres symposiums. « Dans la plupart des cas, le titre de la conférence et le nom de l’orateur suffisent pour retrouver ce qu’il a publié récemment. »

Une vision à 360° pour sortir de la zone de confort

Sans esprit 360°, vous risquez de rater quelques trains. « Conservez à l’esprit que votre concurrent n°1 le plus dangereux n’est pas celui qui fait le même métier que vous mais celui qui, tout en pratiquant un métier différent, présente des produits ou des services qui remplissent les mêmes fonctionnalités tout en étant plus efficaces, plus rationnels ou proposant d’autres services. C’est cela la vision 360° qui nous oblige à sortir de nos zones de confort. »

Tous ces outils, ces conseils sont à la portée des PME. En structurant son processus de veille et en réfléchissant préalablement à la manière dont on va le faire, les petites entreprises peuvent professionnaliser leurs propres systèmes de collectes d’informations et augmenter leurs rentabilités.

L’exemple du graphène

« Par exemple, l’émergence du graphène est un signal fort dont toutes les revues techniques parlent abondamment. Les procédés de fabrication commencent à sortir des laboratoires en mettant en valeur des qualités appréciables, comme sa très grande conductivité, un élément important en électromécanique. Les signaux faibles que nous allons pouvoir collecter par ailleurs doivent nous permettre de répondre à la question suivante : quelles répercussions l’émergence du graphène aura-t-elle sur le business de CMI ? ». Même question avec la topologie de l’impression 3D qui permet de réaliser des pièces très complexes, creuses mais dotées de résistances mécaniques impressionnantes.

Démarrer une veille technologique avec InnovaTech

InnovaTech peut aider à démarrer un processus de veille technologique : n’hésitez pas à faire appel à nos conseillers.

En outre, vous pouvez également faire appel aux services de veille technologique des 22 centres de recherche agréés installés en Wallonie, en cas de besoins plus spécifiques.

Ou pourquoi pas lancer une démarche plus large d’intelligence stratégique ? L’AEI peut vous y aider.

 

GLOSSAIRE

La veille brevet permet «d’identifier les inventeurs et les partenaires clés, de comprendre les réseaux de collaborations et de détecter les tendances ou un désengagement potentiel» sur tel ou tel marché ou telle ou telle technologie.

Un wiki est un site web collaboratif. Tout le monde peut venir modifier, compléter et ajouter des pages au site. Les wikis s’enrichissent petit à petit avec les connaissances et les informations de chacun.

En informatique, un logiciel d’agrégateur tresse plusieurs fils de syndication en même temps. Il prévient de la mise à jour d’un site web ou des actualités qu’il publie (par notification sonore, visuelle, etc.). Également, il importe le contenu nouveau en question et il le fait pour un ensemble de sites.

Le graphène est une couche d’atomes de carbone liés ensemble dans un réseau hexagonal; il constitue l’élément structurel de base d’autres formes telles que le graphite ou les nanotubes de carbone. Ce matériau possède une exceptionnelle conductivité thermique, une excellente conductivité électrique et une résistance mécanique élevée si bien que des applications devraient apparaître dans de nombreux secteurs.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

Technologie

Technologie