inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

6 étapes pour mettre en place une démarche de design thinking

Date de publication
31 mars 2017
facebook twitter LinkedIn Google Mail Idées/Stratégie/Inspirations Print
design thinking

Le design thinking est une méthode qui va vous permettre d’innover à partir d’un problème ou d’un challenge. Suivez les 6 étapes.

Ce 28 mars, nous organisions un atelier sur le Design Thinking (dont on avait déjà parlé dans cet article). Animé par Simplexity, il nous a permis de nous mettre dans l’action d’une démarche qui a du sens avant, pendant et après une quelconque expérience.

Selon Simplexity, l’innovation est possible quand :

  • il y a une expérience désirable dans le quotidien des gens
  • il y a un aspect viable pour le business
  • c’est techniquement faisable

« Le design ce n’est pas juste l’aspect, c’est aussi comment ça fonctionne » (Steve Jobs)

 

Les 6 étapes du design thinking en passant par l’inspiration, l’itération et le test

1) Identifier le challenge

L’objectif du design thinking c’est d’aider à innover. On innove par rapport à un challenge, par rapport à un problème.

Alors, ce challenge, ce problème, quel est-il ? Réfléchir à la question et au problème prend souvent plus de temps que de le résoudre.

Exemple d’un outil : la méthode des 5P : les 5 pourquoi pour mieux creuser le problème.

Ex: notre journal interne ne fonctionne plus. Les gens n’écrivent plus. Pourquoi ? Car ils n’ont pas le temps. Pourquoi n’ont-ils pas le temps ? Car ils ont trop de projets. Pourquoi ont-ils trop de projets ? Parce qu’une personne est partie. Pourquoi est-ce que la personne est partie ? …. Bref, ici, le problème n’est pas le journal interne, le problème est le manque d’effectif. Une personne du service communication aurait pu vouloir rendre le journal interne plus joli, en travaillant sur le design alors que ça n’aurait pas servi à grand chose. 

Dans cet atelier, nous partons du challenge d’aider un glacier à mieux vendre ses cornets de glace. Son problème : la glace coule sur les mains des enfants et fait des tâches. Mais est-ce un réel problème ? Est-ce la raison pour laquelle les cornets se vendent moins bien ? Faut-il changer le cornet pour autant ?

2) L’empathie

design thinking On va aller à la rencontre des gens, discuter, observer, interviewer. Simplement demander aux personnes comment elles se sentent. Aller voir comment ça fonctionne sur le terrain avant d’imaginer résoudre le problème est riche d’enseignements, et pourtant, si souvent oublié. Même 15 minutes d’interview valent la peine. Ne vous lancez pas spécialement dans une enquête de 2 mois ! Formulez des questions ouvertes. Essayez d’entendre ce qui n’a pas été dit.

Ex : demandez à certains clients de venir vous aider pour vos futurs produits autour d’un repas et posez vos questions. Vous n’imaginez pas à quel point les gens seront prêts à vous aider. Tâchez de creuser les réponses sans les guider. « Et si vous aviez une baguette magique… » « Et si tout était possible, que voudriez-vous…? »… 

Impossible d’interviewer quelqu’un ? Utilisez les réseaux sociaux pour poser des questions ou imaginez des cibles et demandez-vous comment elles réagiraient.

Durant l’atelier de design thinking, nous avons joué le « jeu de l’interview ». La difficulté était de savoir poser les bonnes questions. On aurait pu passer une journée entière à définir l’art de poser les bonnes questions. 

3) La définition du problème

exercice design thinkingCe n’est pas la même chose que le challenge. L’objectif est de savoir sur quel problème s’attaquer en définissant la « question motivante ». Lorsque la question de base est motivante, la créativité des personnes est plus activée.

Rendez cette question précise et ambitieuse (avec un challenge), positive (qui donne envie de s’impliquer) et émotionnelle (utilisez le « nous »).

Ex : comment réduire nos coûts => comment augmenter nos performances ?

Après plusieurs réflexions, la question motivante décidée lors de l’atelier a été « Comment pourrions-nous savourer un cornet de glace le plus sereinement et proprement possible ? » (tout en en dégustant un, c’est plus agréable).

4) L’idéation

Avec cette question motivante, on va générer des idées. Comme dans toute séance de créativité/brainstorming : on ne juge pas les idées, on rebondit sur celles des autres, on encourage les idées folles, on favorise la quantité en restant concentré sur le sujet.

Durant 25 minutes, chacun propose des idées, on place une idée par post-it.

Quelques idées émises durant l’atelier de design thinking : un cornet dont la glace s’évapore au lieu de fondre, un mini-cornet avec une mini-boule, manger sa glace assis en face d’une plage,…

Après avoir divergé, il faut converger vers une solution à mettre en oeuvre et sélectionner une idée. Choisir une idée réaliste, faisable. Classer les idées pour converger vers celle à mettre en oeuvre. (InnovaTech peut vous aider à sélectionner une idée grâce à son outil de sélection d’idées).

5) Le prototypage

A/B testingOn a sélectionné une idée, il faut maintenant la tester sur le terrain. De manière simple et peu coûteuse, on peut retourner vers les personnes impliquées avec quelque chose de tangible. La construction physique ou digitale peut être très rapide.

Pensez aux fablabs pour concevoir une maquette ou un objet en 3D.

De manière digitale, vous pouvez très rapidement créer une landing page et mesurer les clics, récolter des e-mails. Testez aussi différentes newsletters, par exemple, et analysez les clics (A/B testing).

6) Le test

Timothy FerrissOn réfléchit à un scénario de test. Comment allons-nous réaliser le test du prototype, comment les personnes doivent/devraient interagir ? Comment les personnes se sentent et vivent l’exercice ?

Ex : Tim Ferriss a écrit le livre  » Travailler 4h par semaine ». Pour choisir sa couverture, il a testé 5 couvertures différentes de livres. Il a placé ces 5 livres tests dans une bibliothèque et il a observé les comportements en choisissant celle qui générait le plus d’envie des clients. Simple, efficace et peu coûteux avec le résultat : un best-seller!

Conclusion : le design thinking s’intéresse à l’utilisateur

Dans une démarche de design thinking, ne négligez pas l’importance du beau et de l’image. Notre cerveau aime ce qui est beau (TED – Data visualization), il cherche toujours la nouveauté et la clarté. Simplifiez, pensez à l’utilisateur, facilitez-lui la vie avec vos tests, vos questions.

On se rend compte que l’expérience du design thinking est centrée sur l’utilisateur : ses besoins, ses envies, ses craintes. Bref, un intérêt de plus en plus croissant dans toutes les disciplines : le retour sur l’humain.

Ne ratez pas nos prochains ateliers, découvrez nos futures thématiques. 

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

Arrow left
Arrow right
coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse

Diagnostic et plan d'actions

Diagnostic et plan d’actions

Management

Management de l’innovation309

validation de l'idée

Validation de l’idée195