inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Les mots-clés de votre veille technologique en 2017

Date de publication
16 décembre 2016
facebook twitter LinkedIn Google Mail Stratégie/Inspirations Print
technologies tendances 2017

Quelles seront les technologies émergentes et incontournables qui devront absolument mobiliser tous vos outils de veille technologique en 2017?

En 2016 encore, l’Observatoire des tendances (AWEX, AEI) a parcouru le marché. Ses opérateurs ont participé à plusieurs évènements afin d’identifier les dernières tendances qui vont influencer les business de demain.

In the age of information, ignorance is a choice (Anne Goldberg, Solvay)

Voici les technologies émergentes et incontournables, à surveiller en 2017 et sans doute durant de nombreuses années encore. Découvrez également les secteurs porteurs et les nouvelles habitudes de consommation qui devraient être intégrés dans votre veille technologique.

Technologies émergentes et incontournables à surveiller en 2017

Découvrez les 3 thèmes clés pour 2017.

Pourquoi commencer cet article par ce « buzzword » ? Simple. En 2016, il n’y a pas eu une seule conférence qui n’a pas abordé ce sujet de près ou de loin ! veille technologique en 2017

De quoi s’agit-il exactement ? De Siri à IBM Watson, on parle ici de machines qui imitent certaines fonctions cognitives de l’homme pour résoudre les problèmes qui leurs sont posés.

Quel est le futur de l’Intelligence Artificielle ? Une experte d’IBM, lors de l’évènement Trendswatching à Amsterdam, parle déjà de Cognitive Computing. Une tendance qui s’applique lorsque les machines apprennent de nouvelles choses par elles-mêmes et permettent de résoudre des problèmes, insolvables jusque-là.

A la croisée entre le digital et le monde physique, IoT interconnecte les objets pour leur permettre de partager des données et se coordonner. Les experts disent qu’en 2020, nous aurons déjà 50 milliards d’objets interconnectés.

Mais comment traiter ces données (Big Data) et en tirer des connaissances nouvelles?  Il faut développer de nouvelles compétences et outils, qui permettent de réaliser ces traitements et rapidement. Une nouvelle opportunité de création d’emploi !

Les meilleurs trieurs restent les êtres humains

A ce stade, en, effet, l’intelligence artificielle n’est pas prête à traiter seule ces données. Selon Sébastien Jacquin (Akros Solutions, 13 octobre 2016), la plus grande frustration des entreprises qui traitent le Big Data est le temps et les ressources considérables qui sont nécessaires pour préparer, nettoyer, trier, rectifier et dédoubler les données avant qu’elles puissent être analysées et mises à profit. Malheureusement, ces activités incombent en grande partie aux scientifiques des données, l’un des postes les plus en vue (et les mieux payés) de l’industrie technologique aujourd’hui.

« D’après une étude de Xplenty, un tiers des spécialistes des données (très bien payés) d’aujourd’hui consacrent entre 50 et 90 % de leur temps à nettoyer les données avant même de pouvoir les analyser. De nombreuses entreprises ont donc essayé de mettre à profit l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle pour réaliser en partie le travail de nettoyage et de tri des données. D’après une étude de Narrative Science, 58 % des entreprises qui ont déployé des solutions de Big Data ont également mis en œuvre l’intelligence artificielle.

Les limites de l’intelligence artificielle

Néanmoins, bon nombre de ces entreprises se heurtent rapidement aux limites de l’intelligence artificielle. Excellente pour des objectifs spécifiques très restreints, elle n’est pas très adaptée pour prendre des décisions fondées sur le jugement personnel ni pour trancher sur des questions plus nébuleuses.

Par exemple, si nous définissons un algorithme pour examiner toutes les nouvelles vidéos publiées sur YouTube le mois dernier et dire combien portaient sur des centres de traitements et combien sur le cloud computing, il réussirait parfaitement avec le contenu évident.

En revanche, il aurait bien du mal à enlever les vidéos parlant de nuages de pluie et de cumulo-nimbus, par exemple. Il aurait également du mal à savoir dans quelle catégorie classer des choses telles que le cloud privé et le cloud hybride, même si nous prenons en compte certains de ces concepts dans l’algorithme.

Les individus trient beaucoup mieux

À cause de ces difficultés, de nombreuses entreprises ont découvert que les individus triaient beaucoup mieux les données que ne le faisaient les algorithmes. Elles emploient donc du personnel en coulisses pour contribuer à la réussite de leurs projets de Big Data. Certaines d’entre elles recrutent des employés dans leurs équipes chargées des données, tandis que d’autres utilisent des places de marché dédiées à la main-d’œuvre, telles qu’Amazon Mechanical Turk, pour recruter des étiqueteurs de données.

Cela fait probablement partie des raisons pour lesquelles l’étude de Narrative Science montre que 80 % des entreprises ayant déployé l’intelligence artificielle constatent qu’elle entraîne la création de postes supplémentaires.

La petite armée des travailleurs du Big Data

Par conséquent, le secret le plus tabou à propos du Big Data est qu’il est alimenté par de petites armées d’individus qui se chargent en coulisses du travail peu qualifié d’organisation et de tri manuels des données. Ce phénomène devrait s’amplifier dans les années à venir, à mesure que davantage d’entreprises seront contraintes d’adopter le Big Data pour rester concurrentielles.

Les algorithmes finiront-ils par rattraper leur retard et automatiser ce type de tri des données ? Cela reste à voir. En tout cas, pour ce qui est de l’avenir proche, l’intelligence artificielle ne sera pas suffisamment intelligente pour gérer tout ceci avant bien longtemps ».

Goldman Sachs estime que le marché de ces technologies pourrait atteindre 80 milliards de dollars d’ici 2025.

Alors qu’aujourd’hui, les principales réalisations RV et RA se font dans les secteurs de l’entertainment (gaming, vidéo), ces technologies vont apparaître dans d’autres domaines : construction, médical, formation, … .

veille technologique en 2017

En Chine, par exemple, on voit l’émergence du V-commerce : un service de vente en ligne en réalité virtuelle, lancé par Alibaba.

Et l’irruption de ces technologies dans divers secteurs a fait émerger un nouveau concept : le phygital. C’est l’intégration entre le réel et le virtuel (ou la technologie). Ce concept intègre nos objets du quotidien, comme la TV ou la cuisine. Des objets qui deviennent intelligents grâce aux technologies qu’ils intègrent. Découvrez de nouveaux objets intelligents avec Offmat.

 D’autres technologies émergentes sont à surveiller: le blockchain, les drones et la médecine digitale. On en parle par ailleurs ici.

Les thématiques à surveiller pour alimenter votre veille technologique en 2017

Biotech: biologie synthétique et chimie renouvelable

Dans ce domaine très vaste, c’est surtout la biologie synthétique et la chimie renouvelable (avec par exemple Syngulon à Liège) qui ont le plus de potentiel de rupture dans un avenir proche. Les spécialistes n’ont cessé de le répéter lors de la conférence internationale «Chimie verte et Biotechnologie Blanche», organisée par le pôle GreenWin, en partenariat avec Gembloux Agro-Bio Tech, en mai 2016. Les chaînes de valeur dans ces secteurs évoluent très rapidement, avec l’arrivée de nouveaux entrants, auxquels il faut s’adapter.

La mobilité de demain: l’Hyperloop sera-t-il prêt en 2018?

Un panel spécial était dédié à la mobilité de demain lors de conférence Hello Tomorrow à Paris, le 13 et 14 octobre 2016. C’était l’occasion pour Jerry Sanders de présenter son projet Skytran – levitating trains. Il s’agit d’une alternative peu coûteuse aux voitures, métro et trams. Ce projet est en cours de développement par la Nasa et une entreprise israélienne.

Cependant, le projet de l’année, celui dont tout le monde parle, reste Hyperloop. Selon son concepteur, Elon Musk (Tesla), il s’agit d’un nouveau mode de transport, après les bateaux, les avions, les voitures et les trains.

Hyperloop, c’est un double tube surélevé dans lequel se déplacent des capsules transportant des voyageurs.

L’intérieur du tube est sous basse pression pour limiter les frictions de l’air. Les capsules se déplacent sur un coussin d’air, ce qui réduit encore les frottements. Elles sont propulsées par un champ magnétique.
Hyperloop 2

En théorie, un tel système installé entre le centre de Los Angeles et le centre de San Francisco permettrait de relier les deux villes en moins de 30 minutes, soit le parcours de 551 kilomètres à plus de 1 102 km/h. C’est plus rapide qu’un avion qui parcourt cette même distance en 35 minutes à la vitesse de 885 km/h.

En réalité, il y a deux projets Hyperloop: Hyperloop One et Hyperloop Transportation Technologies, de Dirk Ahlborn. Ce dernier est venu présenter son projet lors du forum Open Innovation à Moscou. Il a annoncé que le projet sera construit pour l’année 2018, où commencera la phase test. Mais il a surtout insisté sur le business model de l’entreprise, il affirme prendre les décisions en mode crowdstorming, directement avec les consommateurs. Le crowdstorming est un outil de créativité qui applique simultanément des techniques de brainstorming à un grand nombre d’individus via le principe du crowdsourcing.  Il crée ainsi une véritable communauté de followers, de curieux et de passionnés, qui soutiennent le projet et l’aide à son développement.

Aéronautique et espace: nettoyer l’espace et vivre sur Mars

Lors du forum Open Innovation à Moscou, on a découvert le projet fou de Bas Lansdorp – Mars One. Son idée: envoyer des humains sur Mars, dans un voyage sans retour dont l’objectif serait d’établir une base permanente sur la planète rouge. Aujourd’hui, ils ont déjà reçu 200.000 candidatures, mais seulement 100 heureux participants seront choisis et coachés durant près de 10 ans.

Une autre société étonnante: AstroScale. Basée à Singapour et au Japon, cette entreprise s’est lancé un défi de taille : nettoyer l’espace, pollué par un nombre incalculable de débris.

Food tech: cellular agriculture, bio hacking et un brasseur AI

Dans le domaine agroalimentaire, les experts sont toujours concernés par la mêbrassage AIme question : comment parvenir à répondre aux besoins alimentaires de la population, avec nos ressources limitées ? New Harvest, spécialisé dans le cellular agriculture a pour ambition de développer des aliments à partir de cellules, tout comme Perfect Day a développé du lait sans vache.

De son coté, IntelligentX, basé à Londres, brasse ses bières en fonction des avis des consommateurs, collectés en masse via l’intelligence artificielle. (Lire notre articles sur la bière belge).

Autre terme à retenir pour 2017: le bio hacking

Il s’agit de solutions créées en communauté mêlant différentes compétences autour de la biologie. On parle aussi de biologie participative ou même de biologie de garage. En Belgique, la communauté DIYbio a vu le jour en 2015. Ce mouvement a déjà permis de créer de nombreuses innovations, un peu partout dans le monde. Notamment des stimulants sans effets secondaires. Ainsi, la startup Nootrobox qui développe Go Cubes – bonbons/chewing-gum/shoot de café. De quoi vous booster pour la journée.

Nouvelles tendances de consommation: l’experience economy

Le Harvard Business Review définit ce concept comme le fait qu’il ne s’agit plus seulement de vendre son produit, mais de créer une expérience pour le consommateur. Un client qui sera prêt à donner encore plus pour vivre un moment inoubliable.

Voici quelques exemples observés en 2016 :innovation nuit hôtel

  • Dinner in the sky : casser la routine quotidienne des repas, en vous envolant dans le ciel pour déguster votre repas.
  • Secret cinéma, qui vous plonge dans le décor de votre film favori.
  • Tantale, ce film interactif, où c’est l’auditeur qui prend les décisions pour le personnage principal. Au total : Il y a 25 scénarios possibles et 5 fins possibles. A vous de jouer.
  • Passer la nuit à la belle étoile… mais dans un lit confortable


Personnalisation des produits via… votre ADN

Les entreprises font énormément d’efforts pour personnaliser leurs produits au maximum. On vous propose des oreillettes imprimées en 3D et adaptées à votre oreille. Même les poupées Barbies sont désormais personnalisables, …

Mais la personnalisation atteint des sommets lorsqu’on combine cette tendance aux analyses ADN, devenues plus abordables.

De nombreuses entreprises se lancent dans ce business:tendance 2017 ADN

  • Geneu: crème visage développée sur base de votre ADN;
  • Bompas & Parr: cocktail créé spécialement sur base de votre code génétique;
  • Genoplan: analyse d’ADN et recommandation alimentaire et de lifestyle;
  • Vinome: ADN profil et recommandation de vin en fonction;
  • Biogenfutures: un spray anti-ADN pour ne laisser aucune trace.

Réflexions pour votre entreprise

Des innovations et des tendances qui, prises ensembles et croisées, devraient vous amener à réfléchir. Comment tout ceci pourrait impacter mon entreprise ? Quels produits pourrions-nous développer sur base de ces idées ? Un peu de brainstorming avec votre équipe peut vous amener à créer de nouveaux produits ou services innovants pour votre palette de produits.

Finalement, peu importe la technologie ou le secteur dans lequel vous êtes: il faudra désormais intégrer la personnalisation des contacts entre l’entreprise et les consommateurs. Ils deviennent partie prenante des décisions (comme avec l’entreprise Hyperloop Transportation Technologies) et leurs désirs et besoins (et même leurs gènes) influencent et façonnent les produits. Surveillez cela de près et adaptez vos produits.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

Génération d'idées

Créativité

Management

Management de l’innovation

coach

Bénéficiez d’un coach