inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Les nouveaux métiers de l’innovation technologique

Date de publication
30 mai 2016
facebook twitter LinkedIn Google Mail Inspirations Print
métiers de l’innovation technologique

Qui dit nouvelles technologies dit nouvelles pratiques. Voici une liste de quelques nouveaux métiers de l’innovation technologique.

 

Évolution et innovation ont toujours semblé être inextricablement liées. Au fil du temps, cette relation quasi-fusionnelle s’est propagée dans de nombreux domaines de la vie humaine dont le secteur professionnel. Disparition, métamorphose ou création de métiers, l’innovation technologique est initiatrice de changement. Mais à quel point participe-t-elle à la création de nouvelles fonctions ?

L’innovation technologique : catalyseur de nouveaux métiers ?

« Les technologies influencent fortement le contenu en activités et en compétences pour l’exercice du métier. D’autres facteurs comme les évolutions sociologiques, démographiques, économiques mais aussi réglementaires influent aussi sur les volumes et sur la demande de main-d’œuvre » dit Jean-Claude Chalon, responsable du service Analyse du Marché de l’Emploi et de la Formation au Forem.

Même s’il ne faut pas se limiter à l’explication technologique pour comprendre l’apparition ou l’évolution de nouveaux métiers, il semble intéressant de considérer quelles sont les innovations technologiques les plus prégnantes. « Les innovations relatives aux nouveaux matériaux (comme la chimie végétale et les composites), aux nouvelles énergies et aux nouveaux modes de gestion de l’information touchent profondément les métiers d’avenir. La dominance des TIC sur l’ensemble des secteurs est manifeste. Ces innovations TIC concourent à la dématérialisation des services, renforcent l’intégration des processus au cœur des organisations. La gestion des données occupera (de l’exploitation agricole à l’hôpital) un rôle de plus en plus crucial. Hormis l’évolution généralisée des équipements de production (mécatronique), les modes de travail évolueront : le travail à distance, le renforcement de la personnalisation mais aussi du contrôle font déjà émerger de nouveaux métiers ou densifient très souvent le contenu des activités des métiers existants ».

Du designer d’expérience au real time bidding manager

Selon une étude réalisée conjointement par E&Y et Linkedin publiée en 2014,  les métiers qui émergent portent des noms étranges. A côté des désormais « classiques » community manager, brand ambassador, social media strategist ou expert en référencement SEO, on découvre les :

  • Designer d’expérience : on les appelle aussi les UX designer (expérience utilisateur). Leur job? Rechercher les scénarii et le parcours d’usage qui adoptent le point de vue de l’utilisateur, en privilégiant des interactions « sans difficulté, ni effort » (design thinking);
  • Talent acquisition marketing manager : rien à voir avec les classiques recruteurs. Son boulot, c’est de développer une approche stratégique pour identifier, attirer et intégrer les talents dans l’entreprise en répondant de manière efficace aux besoins de l’entreprise.
  • Responsable de centres de services partagés : un centre de services partagés est une structure qui assure la production de tâches opérationnelles pour plusieurs sociétés, sites ou entités d’un même groupe. En déléguant les tâches opérationnelles répétitives et à moindre valeur ajoutée à un CSP, les services centraux peuvent se concentrer sur les tâches à plus haute contribution.
  • Real time bidding manager: comme le commissaire-priseur chez Sotheby’s, il supervise les enchères en temps réel dans le cadre des ad exchanges (plateforme automatisée de vente et d’achat) où l’on achète et vend des espaces publicitaires aux enchères en fonction des formats, des critères de ciblage et des budgets prédéfinis.

Quels sont ces nouveaux métiers ?

Plongeons à présent dans cette liste non-exhaustive de ce que sont déjà les métiers ayant le vent en poupe, dans plusieurs domaines porteurs d’innovation. Ceux-ci sont tirés de l’étude « Métiers d’avenir, état des lieux sectoriels et propositions de futurs » du Forem publiée en septembre 2013 et du guide « Les métiers en émergence » de l’APEC datant d’avril 2013.

L’énergie

imagesRQ311VLYNous le savons tous, les réserves naturelles tendent de plus en plus à s’épuiser de par l’utilisation massive que l’Homme en fait. C’est pourquoi des alternatives apparaissent et font l’objet de vastes recherches. Le secteur est par ailleurs influencé par divers facteurs d’évolution, dont une composante technologique, qui accroissent l’opportunité de création de nouveaux profils professionnels comme :

  • Coach solaire : accompagnateur et conseiller en énergie qui, d’un côté, guidera le client dans ses choix et de l’autre revêtira la casquette de pédagogue envers les installateurs en les formant.
  • Nettoyeur de panneaux photovoltaïques : comme son nom l’indique, il s’agira d’une personne qui s’occupera de l’entretien des panneaux solaires. Même si ces derniers demandent a priori peu de nettoyage, il est toutefois important de les vérifier sous peine de voir une diminution de 15% de leur rendement.

Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC)

Ce secteur connaît d’intenses évolutions technologiques comme par exemple le Big Data, le cloud computing ou encore le mobile. Actif en Wallonie à travers une abondance d’entreprises, le domaine des TIC pourrait encore voir dans les prochaines années l’avènement de multiples postes :

  • Chief Mobile Officer : directeur des activités mobiles, il s’agira d’un « architecte », d’un initiateur et accompagnateur des projets mobiles au sein de l’entreprise.
  • Consultant Green IT : professionnel de la Green IT, qui vise à rendre les technologies TIC plus vertes, il exécutera des audits pour repenser la gestion des parcs informatiques, des postes de travail, des infrastructures, du recyclage, etc.
  • Chief Privacy Officer : juriste d’entreprise compétent, entre autres, dans le monde de la protection des données personnelles.

Le web et le mobile

Si l’on se tourne à présent vers les pôles web et mobile, il semble évident que les évolutions sont constantes et apportent de profonds bouleversements dans tous les secteurs de la vie privée ou professionnelle. Dans cette veine, vous pourrez bientôt vous reconvertir en :

  • E-nettoyeur : personne en charge de redorer la réputation et l’image d’un individu ou d’une organisation sur la toile.
  • Médiateur numérique : personne qui vient en aide aux personnes peu ou pas familiarisées aux nouvelles technologies.
  • Responsable acquisition : il aura pour mission d’attirer des clients sur un site web afin d’en augmenter le trafic. A travers des leviers propres au marketing en ligne, son rôle principal sera d’offrir une plus grande visibilité à l’entreprise.

L’industrie chimique, pharmaceutique et les biotechnologies

sans-titreCe secteur est l’un des fleurons de l’économie belge. De fait, il est l’un des plus gros employeurs et constitue l’un des pôles principaux de recherche et développement et d’investissement dans le plat pays. Mais quelles seront les professions recherchées dans cette sphère ?

  • Techniciens de production en culture cellulaire : on attendra d’eux la réalisation d’un panel d’analyses sur des organismes vivants suivant les techniques de culture.
  • Biostatisticiens : ils auront pour tâche de concevoir des méthodologies et d’effectuer des analyses statistiques sur des données liées aux études cliniques et épidémiologiques.

Les services de l’emploi

Les TIC, comme nous l’avons vu, influencent une large palette de domaines. Le secteur des services liés à l’emploi et les activités inhérentes à ce pôle n’échappent pas à la règle. Ainsi, l’étude pointe un métier qui se distinguerait de plus en plus du métier de recruteur :

  • Sourceur : ce dernier aurait pour vocation de chercher, de trier et d’analyser des profils de candidats à partir de toutes les plateformes mises à sa disposition, comme par exemples les blogs, les réseaux sociaux, etc. Même si la pratique n’est pas neuve en soi, elle tend à se généraliser au point d’en créer un métier à part entière.

L’éducation

imagesLY0RWKP9L’éducation et la formation sont aussi modelées par l’omniprésence des TIC dans la vie quotidienne. Elles requerront de nouvelles compétences et aptitudes. Par exemple, on pourrait voir dans l’avenir des cursus spécialisés dans des matières diverses et menant à de
nouveaux profils. Pour n’en citer que deux :

 

  • Ingénieur pédagogique « e-learning » : celui-ci serait en charge de la conception de dispositifs de formation en ligne.
  • E-tuteur : étant une évolution du métier d’enseignant, l’E-tutorat propose des services d’accompagnement à distance pour quiconque souhaiterait apprendre via les TIC.

La finance

Ce secteur est plus que jamais marqué par la dimension technologique. De surcroît, celle-ci a joué un grand rôle dans l’évolution des métiers.

En voici un exemple :

  • Process Manager : il aide à l’appropriation de nouveaux processus, de nouveaux systèmes, de nouvelles applications. En effet, sous l’effet des développements technologiques, les manières de faire ont besoin d’être adaptées afin de répondre aux besoins de l’entreprise.

La santé

sans-titreL’innovation technologique modifie aussi le paysage du secteur de la santé que cela soit par la transmission ou le partage d’informations, leur traitement, les processus de captation, etc. Certains postes seront à l’avenir indispensables pour gérer les quantités de données générées.

En voici un :

  • Analyste de données médicales : il structure l’ensemble des données collectées auprès des patients et les analyse. Des bases d’information peuvent alors être conçues, permettant une exploitation de ces données à des fins de management ou de contrôle de qualité notamment.

La production industrielle

sans-titreComme dans de nombreux secteurs, une série de préoccupations nouvelles influencent le pôle industriel. Ainsi, la protection de la santé, de l’environnement et de la gestion des risques impactent fortement l’évolution des métiers en devenant des enjeux capitaux. Faisons un zoom sur l’émergence de ces postes :

 

  • Ingénieur bioproduction : il s’occupe, que cela soit au niveau pilote et industriel, de la conception de produits comprenant des matières biologiques, renouvelables et biodégradables. En outre, il guide et harmonise les processus de fabrication.
  • Responsable de production d’un réseau de chauffage ENR : il gère la production d’énergie en se focalisant sur les énergies dites vertes dans le respect des règlements liés à l’environnement, etc.
  • Responsable qualité, hygiène, sécurité, environnement : outre délivrer des certifications, il conseille sur la mise en place de démarche de qualité, réalise des audits techniques. Il peut également intervenir en assistance technique et préconiser des définitions de processus et d’options d’outils.

La recherche et développement

sans-titreFonction clé dans de nombreuses entreprises, le département recherche et développement est à la source de multiples innovations. Sous l’impulsion du contexte de mondialisation, de compétitivité… La R&D a essuyé de profondes modifications et a vu le développement de nouveaux métiers.

  •  Ingénieur en biotechnologies : il emploie les micro-organismes pour réaliser des transformations organiques. De nouvelles énergies, matières ou encore bactéries seront ainsi créées en vue d’une utilisation des industries chimiques, pharmaceutiques, etc.
  • Ingénieur en écoconception : ce professionnel examine les impacts environnementaux d’un produit, d’un système ou d’un procédé. Il prend des décisions sur le plan technologique quant aux composants et matériaux du produit afin d’assurer sa maintenance et son recyclage.
  •  Ingénieur en déconstruction nucléaire : spécialiste du démantèlement d’une installation nucléaire, de l’assainissement des déchets, il coordonne également l’arrêt de la centrale.
  • Chimiste vert : il veille à l’équilibre économique, social et environnemental du milieu dans lequel s’insère la chimie. Le chimiste vert va alors élaborer des molécules biodégradables et se débarrasser de celles considérées comme dangereuses.
  • Ecotoxicologue : il examine la toxicité des produits de différentes industries, leurs conséquences sur les écosystèmes et la santé.
  • Ingénieur d’études en efficacité énergétique : il accomplit des études cherchant à optimiser la consommation d’énergie et à englober les nouvelles énergies dans les bâtiments. De plus, il exerce un travail de sensibilisation et de conseil auprès de diverses parties prenantes.
  • Ingénieur en énergies renouvelables : il œuvre au service de projets sur le photovoltaïque, l’éolien, l’hydraulique ou la biomasse. Il sélectionne les lieux et met en place des études de faisabilité.

Les avancées technologiques façonnent de nouveaux métiers

Energie, R&D, secteurs du web et du mobile et bien d’autres encore, nombreux sont les domaines de la vie professionnelle touchés par la naissance de nouveaux métiers. Les avancées technologiques, couplées à d’autres facteurs, jouent un rôle important dans ce phénomène en apportant de nouveaux challenges, de nouveaux besoins à appréhender. Du reste, que cela soit aujourd’hui ou demain, l’innovation technologique aura toujours en son sein la promesse d’une marche continue vers l’évolution.

Enfin, les centres de compétences adaptent leurs offres en fonction de l’évolution des besoins. Il est possible, en tant qu’entreprise, de relayer vos besoins, notamment pour mettre sur pied des projets de formation dans le cadre des projets pôles.

A la recherche d’une de ces perles rares? Les conseillers d’InnovaTech peuvent vous orienter vers des structures ou des personnalités qui correspondent à vos besoins. Et si vous le souhaitez, ils peuvent examiner les candidatures qui vous seront soumises d’un œil neutre et professionnel.

 

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

Management

Management de l’innovation

Technologie

Technologie