inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Objets connectés : la technologie dans votre vie quotidienne

Date de publication
4 août 2016
facebook twitter LinkedIn Google Mail Informatique/Technologie Print
Objets connectés

Objets connectés : le potentiel d’innovation du marché reste encore vaste, même si de nombreuses sociétés commencent à se positionner

Des chaussures high-tech, des couches-culottes connectées, des thermostats intelligents, des smartwatches ou encore les dernières Google glasses… Internet relie désormais les choses qui accompagnent notre quotidien. Selon l’Idate, un think tank spécialisé dans l’économie numérique, on dénombre 15 milliards de ces objets connectés. Ils pourraient même passer à 20 milliards d’ici 2020. Il est évidemment faux de croire que les smartphones, tablettes et autres technologies en restent à leur simple application par défaut. Ils sont souvent utilisés de manière détournée. Il est difficile de savoir quand ces technologies se généraliseront. Mais certains domaines tirent d’ores et déjà leur épingle du jeu. On parle ici de la santé, l’énergie, les transports ou la domotique, aussi appelée « smart home ». Objets connectés: une vraie opportunité pour nos PME innovantes…

Objets connectés : vive les maisons intelligentes

Une nouveau marché de masse s’est créé : celui des maisons intelligentes. Essentiellement, grâce à 2 facteurs:

  • la démocratisation des tablettes et smartphones;
  • la fiabilité grandissante des technologies sans fil.

Sans remplacer pour autant les produits intégrés dans la maison, les objets connectés viennent s’ajouter à l’existant pour créer une « smart home ». L’ensemble de ces technologies qui contrôle nos appareils de la maison via un smartphone, une tablette ou un ordinateur,  c’est ce qu’on appelle de la domotique.

Cette maison intelligente ne se contente pas d’un thermostat ou d’une lampe tous deux gérés à distance. Ces objets connectés ont pour but d’apporter bien-être et sécurité à ses utilisateurs :

  • le chauffage se règle seul sans action de l’utilisateur;
  • les alertes sur le niveau de CO2 invitent à ouvrir les fenêtres pour renouveler l’air;
  • les lampes traduisent les interactions sociales sans avoir besoin d’allumer un ordinateur;
  • les capteurs sont partout pour prendre le pouvoir sur les équipements électriques.

Et tout cela avec des objets connectés sans fil, parfaitement installables par tout un chacun, pilotables depuis leur smartphone. Fred Potter, PDG de Netatmo (active dans le développement de station météo et thermostat géré par smartphone), va même plus loin. Il assure, qu’un jour, le prix des maisons sera fonction des données de ses capteurs. Un simple objet pourrait faire gagner de la valeur à un bien immobilier avec un système de domotique intégré !

Damien Jacob, expert en stratégie web, nous met en garde néanmoins. Même si la technologie améliore pour certains points la qualité de vie, elle est loin de résoudre tous les problèmes liés à la sécurité. « Il ne faut pas oublier que la programmation est toujours effectuée par des humains et donc que ces objets ne sont pas infaillibles ! » S’il est encore difficile d’évaluer l’impact de ces technologies sur notre santé (on ignore toujours par exemple quels effets ont les ondes sur notre cerveau), on peut déjà constater l’apparition de certaines addictions.  « Les conséquences qui s’observent de plus en plus sur la santé résident dans la difficulté de se déconnecter qui crée une dépendance des activités humaines à celles du réseau », poursuit Damien Jacob. Le besoin de tout savoir et de tout contrôler est une addiction de plus en plus fréquente. L’avenir devrait permettre aux objets de communiquer entre eux et de prendre des décisions à notre place.

Objets connectés: quelques tendances du moment

Ampoule LED connectée : ce sytème commande l’éclairage de 50 ampoules depuis un smartphone ou une tablette.

Prix du kit de départ : 200 euros

Prise de courant comme interrupteur virtuel : on peut comme par magie éteindre ou allumer une lampe, un téléviseur ou un radiateur dès qu’on change de pièce.

Prix : 49,99 euros

Dispositif sans clé permettant aux utilisateurs de verrouiller/déverrouiller leurs portes à distance à l’aide de leur smartphone.

Prix : 179 $

La sonde qui prend soin de vos plantes : une fois plantés dans le pot de terre, les capteurs de la sonde détectent les besoins de 6000 plantes (température, fertilité du sol…).

Prix : 49 euros

Ou encore… Un capteur WiFi pour garder en vie vos plantes d’intérieur.

Prix : 90 euros

Système de vidéo-surveillance : dès que vous le souhaitez, le dispositif envoie à votre smartphone ou tablette les images de votre intérieur et les sons détectés

Prix : 130 euros

Objets connectés : un marché potentiel pour les PME

Le potentiel d’innovation du marché des technologies connectées reste encore vaste. Toutefois, de nombreuses sociétés commencent à déjà s’y positionner. Les PME ont leur carte à jouer dans ce marché florissant. Elles développent déjà de nombreuses applications liées à ces technologies. Elles sont également actives dans une multitude de domaines possibles, dont certains restent à exploiter.

L’entreprise américaine Gartner estime que l’industrie des wearable technologies – les « technologies portées sur soi » – représente en 2016 un marché de plusieurs milliards de dollars. Les meilleures ventes concernent les applications liées à la santé et du bien-être.

Des objets connectés du quotidien

Frédéric Jourdain, Directeur de l’Infopôle Cluster TIC, précise qu’il s’agit bien de grands défis à relever grâce à ces objets intelligents. Toutefois, au départ, nous ne nous basons que sur des objets du quotidien. « Tout cela existe déjà et va évidemment prendre une place plus importante encore. Dans les laboratoires, on ne voit que peu de nouveaux objets. Il s’agit pour l’essentiel d’ objets existants désormais connectés tels que:

  • le frigo et congélateur;
  • la chaudière;
  • l’aspirateur automatique;
  • les compteurs d’énergie, etc.

On ne peut donc pas encore parler de révolution, mais d’avancées significatives.

Et en Wallonie ?

« Il n’y a pas qu’aux USA que sont pensées et développées ces nouvelles technologies. A Paris par exemple, des tests sont faits pour améliorer la fluidité de la circulation à l’approche de carrefours. Votre voiture prend le contrôle et passe le rond-point toute seule sans que vous ne deviez conduire. Comme c’est déjà le cas pour le parking dans certains véhicules… »

En Wallonie, des sociétés se positionnent également dans le domaine.

Open Remote : plateforme opensource qui a pour objectif d’intégrer les différents protocoles de communication d’objets ou installations se trouvant dans nos maisons, comme l’éclairage, le chauffage, la centrale d’alarme, la téléphonie, etc. ;

Vigo Robotic : active dans la création de robots interactifs à destination de l’événementiel ;

Opinum : communiquer via Internet les données de consommation d’énergie ;

Cherry on the bag : Un simple scan de votre sac avec un smartphone Android équipé de la technologie NFC (Near Field Communication) vous donne accès à des services exclusifs et interactifs tels que la carte d’identité du sac (modèle, description, info sur la fabrication, date d’achat, propriétaire(s), garantie, etc.).

Objets connectés : il y a encore de la place pour les PME

Michel Levy-Provencal est le CEO de Joshfire. Il s’agit d’une agence française qui accompagne l’émergence de l’Internet des objets et de ses usages. Selon lui, 50 milliards d’objets seront connectés en 2020. Si 20 milliards d’entre eux sont déjà utilisés, 30 milliards n’ont pas encore été inventés.

« Les objets connectés représentent un vrai bon secteur d’innovation pour les entreprises », ajoute un conseiller IT d’InnovaTech. « Mais c’est encore un rien trop tôt pour développer ou sortir des nouveaux produits. Il n’y a pas encore de protocole de communication utilisé par tout le monde uniformément. Actuellement par exemple, on peut tous utiliser le même chargeur de GSM qui se branche sur USB. Il n’y a pas si longtemps, on se promenait avec 15 chargeurs différents selon la marque. C’est la même chose pour l’internet des objets. Tout le monde fait encore sa ‘’popote’’ et ça ne permet pas un lancement parfait. D’ici quelques années, ce sera effectif. Donc stratégiquement, il faut clairement s’y préparer maintenant. Le gros challenge est au niveau des usages quotidiens. Quand on aura des Google Glasses et que tout objet que l’on rencontrera sera connecté, là on aura vraiment avancé. »

Vous avez un projet d’objet connecté ou vous souhaitez que votre produit soit connecté ? Vous ne savez pas par où commencer ? InnovaTech et ses conseillers sont là pour structurer vos idées, vous mettre en relation avec les centres de recherche et vous aider à mener à bien votre projet !

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

Technologie

Technologie