inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Optimisez votre performance énergétique grâce aux data

Date de publication
28 août 2019
facebook twitter LinkedIn Google Mail Energie/Évènements Print
innovaction data

Depuis 20 ans, grâce aux choix stratégiques des pouvoirs publics, les entreprises et les innovations technologiques permettent à la Wallonie de faire (beaucoup) mieux en consommant (beaucoup) moins.

Pour faire encore mieux, les data sont des outils précieux. Tentez d’y voir clair et d’identifier des solutions transférables dans vos entreprises. Comment? Le 26 septembre prochain, InnovaTech, INFOPOLE cluster TIC et TWEED organisent une journée de rencontres entre industriels et experts / centres de recherche sur la thématique « Optimisez votre performance énergétique grâce aux data ».

La journée du 26 octobre (à l’A6K – Charleroi)

Performance énergétiqueAu programme :

 

Des conférences présentant :

  • Des challenges techniques et des enjeux stratégiques dans le domaine de la performance énergétique d’acteurs privés comme A6K, ou Honeywell;
  • L’expertise des centres de recherche dans le domaine de la performance énergétique (CENAERO, CETIC, Sirris, CRM Group, Synhera, LIEU) .

 

Performance énergétique

Des RDV B2B avec:

  • Des experts de la performance énergétique issus de centres de recherche, de laboratoires universitaires et des centres de recherche associés aux hautes écoles
  • Des entreprises qui ont développé ou qui sont à la recherche de solutions techniques dans le domaine de performance énergétique

 

En savoir plus ici. Pour vous inscrire, c’est là.

Performance énergétique: la Wallonie fait (beaucoup mieux) en consommant (beaucoup) moins

Historiquement énergivore, l’industrie extractive et manufacturière wallonne a vu sa consommation finale d’énergie baisser fortement dans les années 2000. La consommation finale d’énergie de l’industrie extractive et manufacturière est passée de 76,3 TWh en 1990 à 44,5 TWh en 2016, alors que dans le même temps la Valeur Ajoutée Brute (VAB) de ces secteurs augmentait de 72 % (ICEDD, 2018. Bilan énergétique de la Wallonie 2016. Bilan de l’industrie et bilan global. Rapport V2. Document non publié. Bilan réalisé pour le compte du SPW – DGO4 – DEBD).

Plusieurs explications :

1. La crise économique et en particulier son impact sur la filière sidérurgique à partir de 2009 a accéléré sa mutation vers des filières moins énergivores. Au début des années ’90, le secteur était responsable de près de la moitié (47 %) de la consommation finale d’énergie de l’industrie extractive et manufacturière en Wallonie. Passée à 41 % en 2000, sa part a diminué de moitié en une décennie (22 % en 2010) et ne représentait plus que 12 % en 2016. Le déclin des filières énergivores s’est accompagné du développement d’activités industrielles à haute valeur ajoutée et moins consommatrices d’énergie.

2. Le mix énergétique s’est amélioré avec une hausse de la part des énergies alternatives (renouvelable, cogénération, incinération de déchets) notamment.

3. On constate une amélioration de l’efficacité énergétique des entreprises, encouragée notamment par des accords de branche sectoriels (renouvelés pour la période 2014 – 2020).

Baisse aussi auprès des ménages et des PME

Performance énergétiqueLa tendance observée ces dernières années se confirme en 2018: la consommation d’électricité des ménages et des PME est elle aussi en baisse. Alors que les ménages et les PME avaient consommé 54 TWh d’électricité en 2017, ils n’ont plus consommé que 53,8 TWh en 2018, montrent les statistiques publiées tout récemment par Synergrid. Une légère baisse, mais qui confirme une tendance structurelle. En 2008, la consommation d’électricité des ménages et des PME atteignait encore 57,4 TWh.

L’explication? La performance énergétique. « Elle résulte à la fois d’un changement de comportement des fabricants et des utilisateurs, analyse pour l’Echo Philippe Massart, directeur de la communication chez Sibelga, le gestionnaire de réseau bruxellois. Il y a le remplacement d’une série d’appareils, notamment les frigos, au profit d’appareils plus économes. Et dans certains cas, les utilisateurs n’ont pas le choix: la disparition des ampoules à incandescence les pousse à se tourner vers des LED. Sur Bruxelles, cela fait plus de 5 ans que nous observons, chaque année, une légère diminution de la consommation d’électricité, alors que dans les années 80, on connaissait encore une croissance de près de 10% par an. »

Et l’étape d’après ?

Quelle sera l’évolution de la consommation d’électricité dans les années à venir ? Comment améliorer encore nos consommations d’énergie ?

Pour Philippe Massart, « Tout dépendra de l’importance des véhicules électriques dans la mobilité, et de l’évolution d’autres applications comme les pompes à chaleur ».

Mais tout dépendra aussi des nouvelles pratiques rendues possibles par la digitalisation, le big data, l’intelligence artificielle au service des usines « intelligentes ».

Optimiser sa consommation d’énergie à l’ère du Big Data

Performance énergétiquePeu à peu, le big data, l’internet des objets et les capteurs, le cloud, font leur apparition dans des entreprises de plus en plus sensibles aux questions liées à la consommation d’énergie et à l’impact de celles-ci sur l’environnement. Une progression lente qui s’explique notamment par la méconnaissance des stratégies data à adopter et le manque de ressources qualifiées.

Notre évènement Innov’Action devrait vous permettre de mieux comprendre les enjeux de ces stratégies et d’identifier des ressources humaines et technologiques disponibles en Wallonie.

Car, le croisement de données massives ouvre de nouvelles perspectives : avec la data, les données d’énergie sont désormais massifiées et peuvent être rendues intelligibles, visualisables, pour une meilleure connaissance et réduction des consommations énergétiques. Elles permettent de connaître de manière précise les consommations d’un parc de bâtiments (industriels, public ou privés). Parmi d’autres, CETIC vous parlera de ses solutions smart-Grid.

Couplé à des dispositifs d’intelligence artificielle, le big data permet même de développer des solutions de maintenance prédictive.

Un nouveau coût énergétique

La dématérialisation, le virtuel, le cloud ou encore les salles blanches de microélectronique ont toutefois un coût énergétique : on oublie un peu vite les millions d’ordinateurs et de smartphones, les milliers de data centers et de kilomètres de réseaux utilisés pour traiter et acheminer ces données. Et la quantité considérable d’énergie qu’ils engloutissent.

« Le secteur des nouvelles technologies représente à lui seul entre 6 et 10 % de la consommation mondiale d’électricité, selon les estimations – soit près de 4 % de nos émissions de gaz à effet de serre, assène Françoise Berthoud, informaticienne au Gricad et fondatrice en 2006 du groupement de services EcoInfo. Et la tendance est franchement à la hausse, à raison de 5 à 7 % d’augmentation tous les ans » explique-t-elle à Laure Cailloce, journaliste au Journal du CNRS.

Les objets connectés : une solution wallonne

Le potentiel des applications dans le domaine de l’internet des objets est gigantesque : on évalue qu’à l’horizon de 2020, il y aura 50 milliards d’objets connectés dans le monde.

Une explosion qui a aussi un coût : en 2013 déjà, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) signalait que ces objets connectés consommaient annuellement l’équivalent de la consommation électrique du Canada et de la Finlande réunis (dont les deux tiers pour maintenir ces objets en veille).

performance énergétiqueUne start-up liégeoise, que vous pourrez découvrir lors de notre évènement « A la Découverte des Innovations Wallonnes », e-peas, a développé PMIC, un circuit intégré pour la gestion de l’énergie. Ce microsystème intégré dans le capteur est positionné entre l’applicatif et la batterie. Dans son environnement proche, PMIC récupère de l’énergie et la stocke (lumière intérieur ou extérieure, différence de température, vibrations, ondes RF…) tout en optimisant l’efficacité du système d’alimentation. PMIC allonge considérablement la durée de vie des batteries, alimentant l’application en permanence, même durant la nuit, rendant le système autonome.

 


Vous souhaitez rester au courant de nos articles? Abonnez-vous à notre newsletter.
Besoin d’un soutien dans le développement de vos innovations? Contactez nos conseillers.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

Diagnostic et plan d'actions

Analyse et audit technologique

Eco-conception

Éco-conception – Innovation durable