inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Manque de masques? AMB ECOSTERYL les décontamine après usage

Date de publication
8 mai 2020
facebook twitter LinkedIn Google Mail Industrie/Santé Print
Pas assez de masques? AMB ECOSTERYL les décontamine

La solution par chaleur sèche proposée par AMB ECOSTERYL, « M-steryl », permet de facilement décontaminer 1400 masques FFP2 par jour.

Le CHU Ambroise Paré de Mons installe la première machine ce vendredi en ses locaux

 

Pas assez de masques? AMB ECOSTERYL les décontamineLe personnel dit «de première ligne» a besoin, pour sa sécurité, de masques chirurgicaux / FFP2 ainsi que de blouses de protection.

Les inconvénients sont connus : des manques d’approvisionnement, un coût excessif ainsi qu’un surplus de déchets dû à des usages uniques.

La solution? Décontaminer les masques pour pouvoir les réutiliser plusieurs fois. Une piste privilégiée, dès le début du mois de mars, par le Gouvernement wallon qui a sollicité différentes entreprises et centres de recherche pour tester des solutions de décontamination.

AMB Ecosteryl (Mons), ayant réussi tous les tests scientifiques, présentait ce vendredi sa solution de décontamination de masques et de matériel de protection par chaleur sèche.

Pas assez de masques? AMB ECOSTERYL les décontamineLa machine proposée,  « M-steryl », simple d’utilisation, peut décontaminer  plus de 2000 masques chirurgicaux par jour, jusqu’à 1400 masques FFP2/KN95 ou encore près de 150 blouses de protection. Le CHU Ambroise Paré de Mons acquiert la première machine.

L’idée : quadrupler l’usage des masques

Au CHU Ambroise Paré, en période hors Covid-19, l’hôpital montois de 415 lits utilise 430 masques chirurgicaux par jour et 10 masques FFP2 pour près de 135 blouses uniques.

A l’heure actuelle, un patient en soins intensifs pour cause de Covid19, va demander l’usage de près de 50 masques. Non pas pour lui mais pour tout le personnel qui se relayera pour le soigner. L’hôpital a dû soigner jusque 150 patients (Covid-19) par jour en mars dernier.

Aujourd’hui, l’hôpital consomme par jour : 2000 masques chirugicaux, 400 masques FFP2 et 750 blouses jetables (+ 200 lavables).

Pour Stéphane Olivier, directeur du CHU Ambroise Paré, cette augmentation représente des surcoûts énormes en logistique pour les hôpitaux. «Le masque chirurgical qui était habituellement à 25 centimes ne se trouve plus à un tel tarif. Certains masques FFP2 (de bonne qualité) ont été achetés 7,15 euros pièce au pic de la crise, ils sont maintenant achetés 4,15 euros pièce».

Dans certaines maisons de repos, les masques utilisés sont posés dans des pochettes en plastique et réutilisés quelques jours plus tard, sans aucune garantie de décontamination. L’idée est donc de pouvoir utiliser quatre fois son masque, de manière sécurisante et sécurisée (un masque qui serait bien décontaminé), et de ne pas le jeter après un seul usage (profitons-en pour diminuer les déchets également).

Le départ du projet : une initiative du Gouvernement wallon

La Wallonie a tenu compte, dès le mois de mars, de la demande de masques dans la durée, mais aussi de la nécessité de préparer stratégiquement l’avenir.

Une taskforce composée du cabinet du ministre de l’Économie, du cabinet de la ministre de la Santé, des représentants des 3 outils financiers wallons (SRIW, SOGEPA, SOWALFIN), du SPW Économie, de l’UWE, de BIOWIN, d’AGORIA, d’ESSENSCIA et de l’Université de Liège a étudié la possibilité de produire et de décontaminer des masques utilisés.

Pour le Ministre-Président de la Wallonie, Elio Di Rupo : « Il est vital pour la Wallonie de pouvoir être autonome dans des domaines aussi essentiels pour la santé et ce, pendant et après la crise. Le Gouvernement de Wallonie remercie tous les intervenants tellement importants pour la santé publique, ainsi que les entreprises ayant marqué leur disponibilité ».

Le procédé de décontamination par chaleur sèche de AMB Ecosteryl validé

Pas assez de masques? AMB ECOSTERYL les décontamineAvec d’autres entreprises et centres de recherches sélectionnés, sous l’égide du Prof. Eric Haubruge de l’Université de Liège, AMB Ecosteryl a entrepris des essais techniques et scientifiques.

La totalité des tests ont été réalisés pour un montant de 50.000 euros par technologie testée (le projet global du Gouvernement wallon étant de 250.000 euros). Certains tests sont analysés aux Etats-Unis, au Nelson Labs. D’autres sont traités chez Centexbel. Le laboratoire de microbiologie de Centexbel dispose de l’expertise et des équipements pour évaluer les propriétés barrières de textiles, casaques, masques et draps chirurgicaux contre les micro-organismes et le sang.

Début avril, un protocole validé scientifiquement produisait une guidance nationale pour guider le «reprocessing» des masques utilisés afin que la réutilisation via nettoyage, désinfection ou stérilisation soit possible.

Quels tests ont été effectués chez AMB Ecosteryl?

Pour être conforme à la guidance de l’AFMPS, 3 types de tests ont été effectués sur 2 types de masques (chirugicaux et FFP2 KN95).

  • Premièrement,  les tests barrière pour préserver les caractéristiques physiques du masque (respirabilité et filtration) en partenariat avec Nelson Labs et Centexbel.
  • Deuxièmement, des tests microbiologiques pour démontrer un niveau de létalité plus grand ou égal à 6 log (99,9999%).
  • Troisièmement, des tests effectués sur un virus répliquant le Covid-19.

Des résultats intermédiaires ont montré que l’efficacité de filtration et la respirabilité des masques étaient préservées. La charge microbienne était réduite par rapport à celle observée sur les masques neufs.

Les derniers essais de l’étude portaient sur la capacité, de la chaleur sèche, à décontaminer un masque porteur d’un virus répliquant le Covid-19. Ces derniers tests sont également réussis.

« Nous attendons , à la date d’aujourd’hui, un dernier résultat du Nelson Labs concernant la filtration préservée des masques FFP2/KN95. On peut donc dire aujourd’hui que le protocole de décontamination par chaleur sèche de AMB Ecosteryl décontamine bien le masque qui aurait été infecté par le Covid-19, tout en préservant ses fonctions de filtration et de respirabilité ».

« Outre le fait de répondre à la demande «MASK» du Gouvernement wallon, poursuit-on chez AMB ECosteryl, avec cette recherche coordonnée par l’Université de Liège, nous sommes la seule équipe européenne à faire partie du projet «DeMaND» coordonné par l’OMS pour développer des méthodes simples de décontamination de masques pour les pays en développement.

Décontaminer les masques : avec quelle machine?

Pas assez de masques? AMB ECOSTERYL les décontamineAMB Ecosteryl est, avec la fabrication de ses machines, leader dans le traitement, la décontamination et le recyclage de déchets hospitaliers infectieux depuis plus de 15 ans. Les machines d’AMB Ecosteryl broyent et traitent jusque 7 tonnes de déchets par jour, après les avoir décontaminés.

Mais ces immenses machines (ainsi que la cuve de décontamination) qui traitent des déchets n’étaient pas adaptées pour cette solution sanitaire de réutilisation de masque. Il fallait donc complètement recréer une machine facile à déplacer, et non pas adapter une machine existante.

Les ingénieurs d’AMB Ecosteryl ont réfléchi à des dizaines de concepts et de plans. Une petite machine pouvait être conçue en interne mais elle aurait demandé encore plus de tests et mises au point. La situation de la crise actuelle ne le permettait pas.

« Nous avons donc mis notre expertise dans la sélection des meilleurs partenaires et solutions à assembler« .

Innovation frugale et adaptation : la réponse d’AMB Ecosteryl à cette crise

Pas assez de masques? AMB ECOSTERYL les décontamineL’innovation frugale est une démarche consistant à répondre à un besoin de la manière la plus simple et efficace possible en utilisant un minimum de moyens. Les hôpitaux ont besoin d’une réponse rapide, fiable et très facile d’usage. Les utilisateurs (infirmiers, médecins,…) ne veulent pas de procédures de décontamination compliquées et souhaitent très facilement récupérer leur propre masque.

«Au niveau de la conception de la machine, des solutions professionnelles existaient déjà et permettent d’obtenir la température désirée par chaleur sèche. Nos équipes ont sélectionné les meilleures technologies ainsi qu’un partenaire pour la conception de la machine. Par contre, il fallait adapter ces systèmes à nos protocoles et aux résultats des nombreux tests et essais effectués jusqu’à ce jour. Il était par exemple nécessaire de programmer un cycle spécifique de décontamination pour que la température corresponde à nos critères en termes de durée et de diffusion de la chaleur» explique Frédéric de Meulemeester, CTO d’AMB Ecosteryl.

«D’un autre côté, poursuit-il, pour faciliter, la décontamination de son masque ou de sa blouse, nous avons imaginé des boites nominatives (comme des boites à tartines) dans lesquelles le personnel pourrait poser ses masques utilisés. Ces boites iraient ensuite directement dans la machine sans être ouvertes et le personnel pourrait récupérer ses masques décontaminés 2h plus tard, ou selon le shift, le lendemain. Avec la certitude que son ou ses masques personnels n’aient pas été manipulés ou touchés. La chaleur sèche peut en effet se diffuser de manière homogène à l’intérieur de la boite. Cela évite aussi les multiples emballages plastiques qui auraient été nécessaires pour reprotéger le masque qui aurait été touché et décontaminé avec une autre solution.»

«Notre plus-value est clairement sur ces points : nous voulons une solution économique, écologique et pouvant apporter toutes les garanties scientifiques de décontamination» dit Amélie Matton, COO et administratrice d’AMB Ecosteryl.

M-steryl : une machine qui peut décontaminer + de 2000 masques par jour

Pas assez de masques? AMB ECOSTERYL les décontamineLa priorité d’AMB Ecosteryl était d’offrir une solution sûre pour ce mois de mai 2020. En plus des masques, les blouses à usage unique peuvent aussi être placées dans la machine pour être décontaminées. Car ce qui fait la force de cette solution, c’est avant tout son usage à l’aide de «boites». Ces boites permettent d’éviter les contaminations croisées, elles permettent un suivi personnel de son matériel et, avec les 3 formats disponibles, elles peuvent contenir des masques ou des blouses.

Pour Stéphane Olivier, directeur du CHU Ambroise Paré, la possibilité future de traiter les blouses de protection est un réel avantage. «Ces blouses sont aussi en pénurie en ce moment».

Les capacités

La machine peut contenir 35 petites boites de chacune 5 masques chirugicaux par cycle, ce qui équivaut à 175 masques décontaminés par cycle. Un cycle complet (manutention, décontamination) dure 2h. En partant de la possibilité de faire 12 cycles par jour, il est possible de décontaminer 2100 masques chirurgicaux par jour.

Les masques FFP2 étant plus gros, il est possible d’en traiter 120 (modèle KN95) par cycle et donc 1440 par jour.

Pour les modèles à coques, il est possible d’en traiter 864 par jour. Enfin, au niveau des blouses, il est possible d’en traiter 12 par cycle et donc 144 par jour sur une base de 12 cycles.

L’avantage de la machine est sa capacité journalière de traitement ainsi que sa facilité d’usage : une simple prise suffit! Tout utilisateur est capable de s’en servir, même si l’idéal est d’avoir un membre du personnel attitré à cette fonction.

La machine coûte 6000 euros htva (certification liée aux guidances AFMPS, boites et méthodologie d’installation incluses). Si le masque FFP2 se vend 4,15 euros, le calcul de rentabilité est très vite réalisé.

Une collaboration entre la Ville de Mons et les hôpitaux montois

Pour aider sa région pendant cette crise sanitaire, AMB Ecosteryl souhaitait proposer son premier modèle, à un hôpital ou une maison de soins de sa ville.

Le Bourgmestre de la Ville de Mons, Nicolas Martin, ainsi que la coordinatrice des hôpitaux montois, Chantal Bouchez, enthousiastes avec de telles solutions se créant à deux pas de chez eux, ont très rapidement discuté des possibilités et ont sélectionné l’hôpital CHU Ambroise Paré comme premier lieu de placement. « Pour le CHU Ambroise Paré qui accueille toujours des patients Covid-19, c’est un excellent soutien. Nous sommes ravis de pouvoir disposer de la toute première machine » témoigne son directeur Stéphane Olivier.

AMB Ecosteryl collabore avec l’hôpital afin d’analyser les  premiers retours des utilisateurs de la machine et l’adapter en continu. Car c’est aussi ce que la crise nous apprend à toutes et tous : nous adapter et évoluer ensemble au fur et à mesure des données. Des contacts sont déjà pris pour placer d’autres machines en maisons de soins.

L’environnement : valeur clé d’AMB Ecosteryl

Pas assez de masques? AMB ECOSTERYL les décontamineLa société AMB a été créée en 1947, les Ateliers Mécaniques du Borinage, sont devenus en 2003, les fabricants uniques d’une innovation : une machine brevetée de traitement de déchets médicaux par micro-ondes. C’est ainsi qu’AMB devenait AMB Ecosteryl.

Les machines «Ecosteryl» sont exportées dans le monde entier depuis plus de 15 ans. Elles sont utilisées par des prestataires de services ou des hôpitaux. Du Kenya à Tahiti, on peut y retrouver cette présence belge.

L’avantage phare de ces machines est le «0 émission». Les autres solutions que sont l’incinération des déchets ou les autoclaves rejettent soit des fumées toxiques soit des eaux contaminées. Avec l’alternative proposée par AMB Ecosteryl, seule l’électricité suffit. Un gain pour l’environnement.

En pleine crise sanitaire, les déchets médicaux ont en moyenne doublé et les demandes de renseignements ont afflué de toutes parts. Même en Belgique, les systèmes de traitement de déchets médicaux ont été surchargés. Décontamination de déchets ou décontamination de masques, les équipes d’AMB Ecosteryl n’ont pas été mises au repos durant ces 2 derniers mois.

«Avec cette machine de décontamination de masques, nous espérons pouvoir aussi jouer en faveur de l’environnement et du recyclage. La machine a uniquement besoin d’une prise. Si un masque ou une blouse peuvent servir plusieurs fois, c’est autant de déchets qui ne seront pas produits. Grâce aux boites personnelles, ce sont aussi autant d’emballages plastique de protection qui ne seront pas générés» conclut Amélie Matton.

————————————————————————————————————–

Vous souhaitez rester au courant de nos articles? Abonnez-vous à notre newsletter.
Suivez nos podcasts, nos vidéos.
Besoin d’un soutien dans le développement de vos innovations? Contactez nos conseillers.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

Diagnostic et plan d'actions

Analyse et audit technologique

coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse