inspirations innovatech

Inspirations,
news et dossiers

Une application mobile pour soutenir la filière équine

Date de publication
21 avril 2020
facebook twitter LinkedIn Google Mail Informatique/Technologie Print
Une application mobile pour soutenir la filière équine

Les centres équestres publient leur demande d’aide ou proposent leur soutien. La filière wallonne s’organise et s’entraide pour sauver ses chevaux.


Une application mobile pour soutenir la filière équineOn ne le sait pas encore assez mais, bien loin devant la Normandie, qui jouit pourtant d’une réputation la positionnant comme la première région équine d’Europe, voire du monde, la Belgique et même la Wallonie se placent devant cette région française. En termes de concentration de chevaux par habitants en tous cas.

En Belgique, on trouve un cheval pour 27 habitants, ce qui est nettement supérieur à la France.

Avec 6.600 équivalents temps plein, dont 3.630 emplois directs (du moniteur à l’ostéopathe, en passant par le dentiste, l’entraîneur, le palefrenier, l’étalonnier, le maréchal ferrant ou… le boucher), son impact économique annuel est d’ailleurs désormais supérieur à 1 milliard d’euros.

La filière équine est paralysée

Même si les randonnées à cheval sont à nouveau autorisées, il est toujours interdit de rejoindre les centres équestres. Actuellement toute la filière équine est paralysée !

Elle a besoin d’un gros coup de projecteur car de nombreux centres équestre sont au bord de la faillite et qui sait ce qu’il adviendra des poneys et chevaux ?

Sauver nos chevaux : à son échelle, c’est ce à quoi contribue Sophie Roscheck, la créatrice d’Ekism, une SPRL installée à Saive, accompagnée par InnovaTech.

Elle vient d’ailleurs de publier une plateforme d’entraide dans l’application EKISM Pro (Android et ITunes) dédiée aux « cavaliers branchés ».

Besoin d’aide pour vos chevaux ou votre centre équestre ?

Remplissez le formulaire de demande et Ekism publiera au plus vite votre requête en la géolocalisant.

Vous voulez proposer votre aide ? C’est simple, il suffit de la proposer. Une fois encore EKISM utilise l’ère digitale pour se mettre au service de la filière.

Dans l’app EKISM Pro, on trouve toute une série d’informations utiles (un annuaire complet de tous les praticiens de la santé du cheval, les liens vers les fédérations, les reprises de dressage, d’attelage mais aussi un agenda des manifestations ou des conseils en matière d’équipement, de soins, de santé ou de nutrition), son application géolocalisée permet d’identifier sur une carte le professionnel dont le cavalier pourrait avoir besoin.

Déjà plus de 2000 utilisateurs en Belgique

L’application est disponible gratuitement sur Google Play Store et Apple Store

Une application mobile pour soutenir la filière équineEKISM Centres équestres : « Tous nos centres équestres ont l’amour et la passion du cheval en commun et peuvent aussi compter sur une communauté passionnée. Et quoi de mieux qu’une application mobile pour communiquer avec elle à distance » explique Sophie.

EKISM propose également une application mobile gratuite pour chaque centre équestre, via son portail dédié. L’application permet d’avoir facilement accès aux informations sur l’infrastructure.

“Le gestionnaire d’écurie a une multitude de charges à accomplir : gérer son téléphone, les réseaux sociaux et les soins aux chevaux”.

Grâce à son application mobile, il a désormais un seul point de contact vers sa communauté, ce qui lui libère du temps pour ses écuries. Il publie une seule fois les informations et elles sont instantanément disponibles pour tous.

En temps normal, l’application propose l’activité, le calendrier et l’actualité du manège. En période de crise, comme actuellement, l’application pourra être utilisée pour garantir les mesures de distanciations sociale en réservant la piste, le rond de longe ou encore la salle de pansage.

En cas d’urgence, un système de notification avertit en temps réel des nouvelles informations. Tout ceci est gratuit pour le centre équestre comme pour les cavaliers.

Sophie Roscheck, “Madame digital cheval”

EKISMSoyons clairs : Sophie Roscheck n’est, à la base, ni une cavalière professionnelle, ni une développeuse d’applications mobiles, tout au plus une passionnée des chevaux et des nouvelles technologies, entourée de passionnés des deux secteurs.

Venue du monde de la presse et du marketing, elle est plutôt attentive aux opportunités et laisse ses oreilles grandes ouvertes pour capter les tendances du moment.

En trois ans depuis le lancement de sa première application EKISM ID, Sophie est devenue “Madame digital cheval” en belgique mais aussi en france.

Elle a constaté que le smartphone était devenu le seul objet qui est commun à tous les cavaliers, surtout aux écuries.

Aujourd’hui, elle fait partie de nombreux groupes de travail et est régulièrement sollicitées pour intervenir sur les sujets relatifs au digital.

Elle a entre autre publié des applications mobiles pour les compétitions Internationales au plus haut niveau (5*) ou encore plus pratique comme l’application de tracé de randonnées équestre pour la Fédération Française de Tourisme équestre de la Région Auvergne Rhône Alpes EQUI-Topo. Elle voyage à travers le monde depuis 3 ans pour suivre les tendances et toujours être là où ce sera utile.

Une entreprise Liégeoise offre 500 tubes de crème hydratante

Ekism fédère des initiatives d’entraide concrète. « Nous appelons les entreprises de l’écosystème équestre à se rassembler pour aider les plus vulnérables pendant cette crise. Nous devons tous nous soutenir et chercher les moyens d’aider notre filière à surmonter cette crise sans précédent ».

WPB Group , une entreprise liégeoise active depuis plus de 30 ans dans les produits de soins et les compléments alimentaire pour chevaux, a lui aussi souhaité venir en aide avec ses moyens. Il a immédiatement pris contact avec ses collègues et ont produit plus de 500 tubes de crème hydratante pour le mains des soignants en maison de repos.

Ces 500 tubes sont offerts afin d’apaiser les effets désastreux des lavages répétés et des gels hydroalcooliques irritants pour la peau.

Un sport qui doit continuer à bien se porter !

Le nombre d’adhérents est en hausse (de 29.000 à 35.845 – + 24%) ainsi que le nombre de cercles (de 513 à 721).
Le saut d’obstacle reste la discipline reine, avec plus de 9000 cavaliers inscrits à la Fédération Royale Belge des Sports Equestres (FRBSE) contre un peu plus de 2000 au dressage.

On trouve grosso-modo, trois types de chevaux en Wallonie :

  • Les chevaux de luxe, qui représentent 20% de la population équine (26.200) et qui la bagatelle de 1.211€ de dépenses et d’investissements en moyenne mensuelle, s’agissant pour la plupart d’animaux pratiquant un sport de haut niveau, nécessitant des boxes, des couvertures, des soins assidus.
  • Les chevaux mixtes (manège ou loisir actif, box en hiver, prairie en été), qui représentent les 3/5e de la population équine (78.000) et une somme mensuelle de 429€ pour leurs propriétaires.
  • Les chevaux rustiques, qu’on retrouve essentiellement en prairie (loisir occasionnel et petit élevage), représentent 20% de la population équine et coûtent 121€ mensuellement à leurs propriétaires.

Le sport et l’élevage représentent chacun 25% de l’usage des équidés, le loisir (50%) restant son activité reine.

 

Pour télécharger l’application, c’est ici

————————————————————————————————————–

Vous souhaitez rester au courant de nos articles? Abonnez-vous à notre newsletter.
Suivez nos podcasts, nos vidéos.
Besoin d’un soutien dans le développement de vos innovations? Contactez nos conseillers.

l'équipe de rédaction InnovaTech

Par

L'équipe de rédaction d'InnovaTech est composée d'experts en innovation technologique et en communication.

Website Facebook Twitter LinkedIn

Services associés

coach

Bénéficiez d’un coach

communication presse

Communication presse